JESUS-CHRIST EST SEIGNEUR (3)

Publié le par David SONG MATHA

Je partage avec vous le troisième chapitre de cette parole d’une richesse inouïe, reçue le 19 janvier 2014, par le canal du Pasteur Claude MISSIDIMBAZI, l’église MATTHANIA de Corbeil-Essonnes.

Le texte de référence, est celui de Romains 14/7-9. « Aucun de nous ne vit pour lui-même et aucun ne meurt pour lui-même. Si nous vivons, nous vivons pour le Seigneur, et si nous mourons, nous mourons pour le Seigneur. Ainsi, que nous vivions ou que nous mourions, nous appartenons au Seigneur. En effet, le Christ est mort et il est revenu à la vie pour être le Seigneur des morts et des vivants. »

Dans Philippiens 2/9, il est précisé que « Dieu a élevé Jésus-Christ… ». A cause de son obéissance, Dieu a fait. Aussi, pour qu’une personne change, Dieu doit faire quelque chose. L’initiative vient de la part de Dieu. C’est la souveraineté de Dieu. Lorsque Dieu décide de faire quelque chose, les choses changent. Tout vient de Dieu, l’homme n’a nullement besoin de s’enorgueillir, car aucun homme ne prendra la gloire du créateur. Dans tout ce que nous voulons faire, nous devons être animés de l’envie de plaire au Seigneur, et le faire pour lui, pour le rayonnement de sa gloire. Dans 2 Corinthiens 5/9 « Aussi que nous restions dans ce corps que nous le quittions, notre ambition est de plaire au Seigneur ». Celui qui accepte la Seigneurie de Jésus dans sa vie ne cherchera pas d’abord à plaire aux hommes, en suivant le canon de la mode, des habitudes mondaines, des richesses de ce monde. Il aura pour obsession le souci de plaire au Seigneur, la préoccupation de savoir que son Seigneur est fière de sa vie dans le secret de sa chambre mais également sur son lieu de travail, en famille, partout.

Le texte de référence nous apprend que Jésus a reçu la domination sur tous les êtres vivants (morts ou vivants).

Lorsque le croyant accepte la seigneurie de Jésus dans sa vie, il ne s’appartient plus, il accepte de se mettre sous la domination de Jésus, il accepte de se soumettre au Seigneur. Cette attitude conditionne l’accès au ciel. En effet on peut dire « Seigneur, Seigneur », et vivre sa vie à son gré. Une précision de taille, « nul ne peut dire que Jésus est Seigneur si ce n’est par le Saint-Esprit ». Ainsi c’est le Saint-Esprit qui nous donne la capacité de recevoir Jésus-Christ dans notre cœur, et de le couronner SEIGNEUR DE NOTRE VIE afin de nous soumettre à sa volonté. Mais il nous revient d’accepter ou non cette seigneurie. L’acceptation de cette seigneurie entraîne toujours un changement : on ne vit dorénavant que pour le Seigneur. On ne vit plus d’abord pour sa femme, ses enfants, sa famille, son travail, ses loisirs, …..Mais d’abord pour le Seigneur Jésus. Ce principe est donné aux versets 7 et 8 du texte de référence. Nous ne devons plus vivre pour un être de chair, un objectif terrestre, une philosophie, mais pour le Seigneur.

Vivre pour le Seigneur, c’est vivre de lui. En effet c’est lui qui donne le souffle de vie. C’est lui qui chaque matin nous réveille en nous faisant don de la vie. Et même notre désir de vivre une vie spirituelle avec le Seigneur, est le fruit de son œuvre. C’est lui qui nous montre le chemin à suivre, qui pardonne nos péchés. En lui nous avons tout pleinement, justice, sagesse, rédemption : vivre c’est JESUS ! Il est important de se rendre compte que nous sommes au service du Seigneur et non le contraire. Nous ne devons pas être au centre de nos propres vies, mais plutôt laisser le Seigneur s’y installer car tout nous vient de lui : il est LE TOUT SUFFISANT ! Ainsi qu’il nous donne ou pas quelque chose, qu’il nous la reprend, qu’il nous guérisse ou pas de nos maladies, il doit demeurer au centre de notre vie.

Vivre pour le Seigneur, c’est accepter que tout lui appartient. Tout homme n’est qu’un gérant. En effet la créature n’a rien en propre, et 1 Corinthiens 4/7 pose à juste titre la question : « qu’as-tu qui ne t’ai été donné ? ». « Tout est à vous, mais vous êtes au Christ, et le Christ est à Dieu. » 1 Corinthiens 3/22-23. Tout est à nous, non pas comme possession mais comme objet de gestion. Tout est à Dieu, tout ! (Deutéronome 10 ; Psaumes 89 ; 82 ; 95 ; 50 ; 1 Chronique 29/11)

+. Nous n’avons rien apporté dans ce monde et n’en emporterons rien (1 Timothée 6/7). En qualité de gérant, nous devons avoir le souci de bien gérer ce qui a été mis à notre disposition par le possesseur de toute chose. Ainsi nous devons faire un bon usage de notre corps, demander à Dieu la sagesse afin de savoir compter nos jours. Oui nos corps, nos vies sont des cadeaux de Dieu. Nous ne nous appartenons pas. Dieu s’intéresse à notre corps : « ne savez-vous pas que vous êtes le temple du Saint-Esprit » ou « L’Esprit de Dieu habite en vous » (1 Corinthiens 3/16 et 6/19). Si quelqu’un détruit le temple de Dieu, Dieu le détruira ! Le chrétien doit s’abstenir de tout ce qui détruit le corps : les drogues, l’ivrognerie, le tabac (1 Pierre 4/3 ; Proverbes 23/20 ; Romains 13/13).

Aujourd’hui plusieurs personnes n’arrêtent pas de changer de visage à l’aide de la chirurgie esthétique. On veut ressembler à l’autre, on refuse de vieillir alors que la Bible montre la joie de vieillir. Le corps est devenu un « dieu » puissant. Il faut s’accepter son physique, sa couleur de peau, son phénotype.

Ce corps-don doit servir à glorifier le Seigneur. Ce corps n’est pas fait pour la fornication, « il n’a pas été fait pour l’inconduite, il est pour Le Seigneur et Le Seigneur est pour le corps. »1 Corinthiens 6/13. Jésus est le seul propriétaire de notre corps, de notre vie : « Christ sera glorifié dans mon corps avec une pleine assurance, soit par ma vie, soit par ma mort. » Philippiens 1/20.

1 Corinthiens 9/27 précise : « je traite durement mon corps, je le maîtrise sévèrement, de peur qu’après avoir proclamé la Bonne Nouvelle aux autres, je ne me trouve moi-même disqualifié. » Le chrétien doit fuir l’impudicité, l’impureté, l’idolâtrie, et rechercher la piété, la justice, la foi, l’amour, la persévérance, la douceur.

1 Corinthiens 6/18 « fuyez les unions illégitimes… », Le changement de partenaires sexuels est contraire à la volonté de Dieu, et source de maladies. Celui qui se livre à l’immoralité sexuelle (jouir de son sexe hors mariage) commet un péché contre son propre corps. Aux jeunes gens, fuyez les passions de la jeunesse. La jouissance est un don de Dieu…dans le cadre du mariage. En effet un couple marié doit jouir du plaisir sexuel.

Toute cette manière de penser, témoigne d’une absence d’acceptation de la seigneurie de Jésus. Lorsque Jésus est mon Seigneur, je vis grâce à lui, parce que je sais que tout lui appartient. Je n’ai plus besoin de chercher à plaire aux hommes, mon obsession est de plaire à mon Seigneur. L’inverse consiste à vivre pour soi-même, afin d’assouvir ses désirs, et cette manière de penser et d’agir constitue la base de la théorie de la prospérité et du changement radical. On voudrait autre chose, être riche, beau, grand, leader ! Mais l’évangile invite plutôt à prendre sa croix et à suivre Jésus, à accepter la valeur et la dignité du corps que t’a donner ton Seigneur. Lorsque Jésus est venu sur terre il y a environ deux mille ans, il n’avait pas un corps « craquant ». Ce n’est pas ce qui est visible qui est important, c’est ce qui est à l’intérieur. Toi, célibataire qui te bats contre les pulsions sexuelles confies toi au Seigneur car il est capable de délivrer le juste.

Que faire avec son corps ?

  • Je dois l’utiliser pour glorifier le Seigneur.
  • Je dois l’entretenir par de l’exercice physique afin d’être en forme.
  • Paul a recommandé à Timothée, de « traiter durement son corps, et de le tenir assujettis ». Il a pris l’exemple des athlètes qui s’imposent toute espèce d’abstinence pour atteindre un but. Le corps dit qu’il voudrait manger, dormir…il donne des ordres, c’est lui le maître. Cela ne doit pas être le cas ! C’est l’esprit du chrétien conduit par le Saint-Esprit qui doit dominer. En effet le corps peut être maîtrisé, car le fruit de l’Esprit est la maîtrise de soi. Il faut se discipliner.
  • Le corps doit également se reposer. En effet Dieu qui a tout crée a décidé néanmoins de prendre un jour de repos sabbatique. Même Jésus savait se retirer, se mettre à l’écart afin d’être avec ses disciples.

La reconnaissance de la seigneurie de Jésus entraine le croyant à mourir pour lui. Deux aspects :

  • D’abord la manière de mourir. De nos jours on trouve anormal qu’un chrétien meurt par un accident de la circulation. On souhaite mourir d’une « belle mort » dans son lit durant son sommeil. Par ailleurs plusieurs croient qu’un chrétien peut être « mangé » en sorcellerie, le diable domine ainsi par la peur plusieurs familles. La Bible est claire : « si nous mourons, nous mourons pour le Seigneur. » Quelle que soit la manière dont cela arrive, en tant que chrétien si je meurs, je meurs pour le Seigneur. Ce qui est important, c’est de vivre chaque jour en cherchant à plaire au Seigneur. Lorsque Jésus est Seigneur de ma vie, la mort ne m’effraye pas, car pour le chrétien mourir et aller auprès du Seigneur est source de joie. Comme chrétien, j’appartiens à Jésus, qui décide de tout me concernant. C’est dans sa volonté si je vis ou si je meurs.
  • Tout appartient au Seigneur, même nos enfants. Il peut décider de les reprendre quand il le veut. En toutes circonstances le Seigneur doit être glorifié ! Cette vérité doit nous libérer de la peur de la mort. Ce qui nous arrive en tant que chrétien n’est nullement le fruit du hasard, car notre Seigneur sait et contrôle tout !

Quand nous reconnaissons la seigneurie de Jésus, cela entraine pour nous de compter sur sa souveraineté. Rien n’échappe à la seigneurie du Christ. Il domine sur toute chose. Ephésiens 4/10 « celui qui est descendu, c’est aussi celui qui est monté au-dessus de tous les cieux afin de remplir l’univers entier. » LA SEIGNEURIE DE JESUS EST TOTALE, NOUS DEVONS VIVRE POUR LUI ET NON PLUS POUR NOUS MÊME.

Publié dans MESSAGES

Commenter cet article