DIEU L’A FAIT SEIGNEUR ET CHRIST

Publié le par David Evariste Song Matha

DIEU L’A FAIT SEIGNEUR ET CHRIST

ACTES 2/14, 31-41

DIEU L’A FAIT SEIGNEUR ET CHRIST

Je partage avec vous, dans la suite de la file des prédications sur le Seigneurie de Jésus-Christ, le Message reçu le 23 février 2014, par le canal du Pasteur Claude MISSIDIMBAZI, à l’Eglise Protestante Evangélique Matthania (EPEM) de Corbeil-Essonnes.

En préambule, il convient de souligner, qu’au verset 36 du texte de référence, il est dit que « Dieu a fait Seigneur et Christ ce JESUS que vous avez crucifié. » Il est important de le savoir, Dieu a fait Seigneur et Christ, ce Jésus. Lorsque Dieu fait quelque chose, elle sort de l’ordinaire, et est donc extraordinaire. Elle ne peut laisser indifférent.

Le contexte de la déclaration de l’apôtre Pierre : nous sommes le jour de la pentecôte, et la promesse de Dieu faite au temps (possiblement neuf siècle avant notre ère) du prophète Joël (Joël 3/1-5) vient de s’accomplir. Le Saint-Esprit est répandu, et les manifestations de son effusion sur ceux qui l’ont reçu entraînent de nombreuses réactions (moqueries, mauvaises interprétations..) chez ceux qui assistent à ces évènements. Pierre le disciple de Jésus prend la parole afin de donner le sens véritable de ce qui se passe. Et la conclusion de son propos se trouve au verset 36 cités plus haut.

Revenons un peu plus haut dans ce texte, afin de souligner plusieurs aspects :

- Le verset 21 dit « alors seront sauvés tous ceux qui feront appel au Seigneur (ou feront appel au Nom du Seigneur) ». Invoquer le Nom du Seigneur consiste à appeler sur soi sa protection, et à mettre en lui sa confiance.

- Après avoir cité la promesse de Joël, Pierre au verset 22 débute ses explications par le mot « Jésus ». Jésus doit être notre premier mot lorsqu’on évangélise, car il est le cœur et l’âme de l’évangile.

Dans son explication des évènements survenant le jour de la pentecôte, Pierre explique d’abord pourquoi Jésus est mort sur la croix. Au verset 23 il est précisé que Jésus est mort sur la croix, parce que c’était la volonté de Dieu. Il a été mis à mort pour le péché des hommes. Et à la question de savoir qui a tué Jésus ? On répond : D’abord Dieu le Père lui-même, puis les hommes. A cause de sa mort Jésus a été fait Christ, après avoir été ressuscité par Dieu, exalté par lui, et intronisé dans la Gloire. Il a reçu le Saint-Esprit, et l’a répandu sur ses disciples. Ainsi Jésus par sa mort, sa résurrection, son exaltation, son intronisation, reçoit le privilège d’être servi et adoré, car ayant reçu un nom au-dessus de tout nom.

Il est important de savoir que nous devons recevoir de Dieu la certitude de la véracité de cette affirmation : « Dieu a fait Jésus de Nazareth Seigneur et Christ. » Cette certitude dans nos cœurs ne peut venir que de Dieu lui-même. Cela accomplit une promesse vielle de plusieurs siècles et citée dans le Psaume 110/1 : « Déclaration de L’Eternel. Il dit à mon Seigneur : viens siéger à ma droite jusqu’à ce que j’aie mis tes ennemis comme un escabeau sous tes pieds. » Actuellement Jésus est à la droite de Dieu, il y occupe la position d’honneur. La seigneurie de Jésus et sa souveraineté sont la conséquence directe de sa mort et de sa résurrection. C’est la conséquence également de son obéissance, de sa soumission totale à la volonté du Père.

Revenons sur les origines et la définition du mot Seigneur. A l’origine il signifiait « celui qui possède le pouvoir. » Puis en Grec, il est devenu « Curios », c’est-à-dire maître, propriétaire, père. Ainsi est Seigneur celui qui est propriétaire de bêtes, des personnes, de biens. Jésus est Le Seigneur, car il est le propriétaire de toute chose, le possesseur, le souverain, rien ne peut lui résister, tout lui appartient. Accepter cette vérité équivaut à affirmer que le Christ historique est le Christ contemporain. Aux versets 26 et 32 il est dit : « Dieu a fait Seigneur et Christ CE Jésus que vous avez crucifié ». Reconnaitre que Jésus est Seigneur, c’est donc accepter qu’il soit le Christ historique, connu du monde entier, et même cité dans les écrits de plusieurs historiens antiques non chrétiens. Nous chrétiens n’avons nullement besoin de ces écrits historiques pour accepter cette vérité. Nous le croyons car provenant des Saintes Ecritures. Notre Seigneur est ce Jésus juif ordinaire, vivant en Galilée, dans une famille connue. Sa naissance terrestre a même pu être datée entre 5 à 7 ans avant notre ère. Sa mère s’appelait Marie. Il est celui qui à 12 ans a fugué, afin d’aller discuter avec des chefs religieux juifs de cette époque dans une synagogue. Celui qui a été baptisé par Jean-Baptiste, celui de qui le jour de son baptême une voix s’est faite entendre, le présentant comme « le Fils bien aimé en qui Dieu a mis toute son affection ». Ce Jésus qui prêchait un message annonçant « que le royaume de Dieu s’est approché, convertissez-vous, croyez en la bonne nouvelle ». Oui, notre Seigneur est ce Jésus qui allait de lieu en lieu faisant du bien. Il a existé sur terre en chair et os, il est mort sur une croix à Golgotha, et le Père l’a ressuscité et lui a donné le titre de Seigneur et celui de Messie. Il s’agit de ce Jésus-là, et non celui de notre imagination, ni celui des libéraux, ni celui des hippies, ni celui qui chasse les démons en Afrique, non ! C’est du Jésus historique dont il s’agit.

De plus, le Jésus qui est Seigneur ne peut être séparé du Jésus sauveur. Ainsi en affirmant que Jésus est Seigneur, nous reconnaissons implicitement qu’il est aussi sauveur. En effet Jésus est venu sauver l’humain, sauvé ceux qui sont perdus. Etre sauvé c’est être tiré d’affaire, être libéré de la servitude du péché, de la culpabilité, et de recevoir le pardon de Dieu. Le salut est non seulement un évènement du passé (j’ai été sauvé de mes péchés), mais également un évènement continu (je suis entrain et continuellement d’être sauvé du pouvoir du péché et de la mort). Le salut est aussi futur (je suis sauvé totalement de la condamnation éternelle et de la mort éternelle car je serais dans la gloire). Lorsque Jésus sauve, il ne nous pardonne pas seulement nos péchés, mais il nous délivre aussi de la mort et de la crainte de la mort. Lorsque je confesse que Jésus est Seigneur, j’affirme qu’il a la victoire sur les puissances démoniaques. Lorsqu’il a été ressuscité des morts, il a vaincu notre ennemi la mort. Dans Apocalypse 1 il dit : « je détiens les clés de la mort et du séjour des morts ».

La vérité biblique est celle que proclame Paul lorsqu’il parle de cette puissance que Dieu a déployé dans toute sa force en la faisant agir sur le christ lorsqu’il l’a ressuscité des morts, et qu’il l’a fait siéger à sa droite dans le monde céleste. Là le Christ est placé bien au-dessus de toute autorité, de toute puissance, de toute domination et de toute souveraineté. Dieu a tout placé sous ses pieds. Il existe dans ce monde comme dans les lieux célestes des êtres surnaturels, des démons, des forces capables de nuire aux croyants et aux non croyants. Lorsque le Chrétien se tient sur cette vérité biblique, en Christ il est aussi au-dessus de ces êtres surnaturels. Alors pourquoi avoir peur de ces forces démoniaques ? Sont-elles plus fortes que Jésus ? Lorsqu’on est chrétien on est dans la souveraineté de Dieu, et tout ce qui peut nous arriver fait partir de la volonté permissive de Dieu.

Le chrétien doit avoir la certitude suivante : même si je souffre, même si je gémis, je sais que le Seigneur aura le dernier mot. Car Il est au-dessus de toutes choses. Dieu ne pourra pas te faire passer par une épreuve sans te donner la capacité d’en être libéré. Ces réalités doivent faire jaillir ce chant de louange : « désormais, ni la mort, ni la vie, ni les anges bons comme mauvais, ni les principautés, rien ne peut me séparer de l’amour Dieu, parce que Jésus est Seigneur. » Oui Jésus est plus grand que tes problèmes et difficultés. Il est plus puissant que celui qui te menace. Enlève et bannit la peur, dort en paix !

Proclamer que Jésus est Seigneur, c’est affirmer qu’il est Dieu. Dans Jean 20/28, Thomas déclare en parlant à Jésus « mon Seigneur et mon Dieu ». Dire que Jésus est Seigneur équivaut à reconnaître qu’il est Dieu Tout-Puissant, créateur de toutes choses, celui par qui elles existent et subsistent, comme cela est écrit dans Colossiens 1/16-17 : « car c’est en lui qu’ont été créées toutes choses dans les cieux comme sur la terre, les visibles, les invisibles, les Trônes et les Seigneuries, les Autorités les Puissances. Oui, par lui et pour lui tout a été créé. » Jésus a toutes les fonctions de Dieu : créateur, sauveur, juge…..car en lui habite corporellement toute la plénitude de la divinité. Les écritures le déclare Dieu : dans Jean 1 Dieu le Père l’appelle Dieu ; dans Hébreux 1 ses attributs sont ceux de Dieu (omniprésent); dans Matthieu 18 il est omnipotent ; dans Philippiens 3 il est immuable, il ne change pas ; dans Matthieu 9 il a le pouvoir de pardonner les péchés.

Commenter cet article