LA GRÂCE DE DIEU

Publié le par David Evariste Song Matha

La grâce est un mot chargé de sens. Dans la Bible et plus particulièrement dans le nouveau testament il résume quasiment tout ce qu'un être humain a besoin de savoir pour recevoir la vie de Dieu. Le 26 Juillet 2016 à l'église protestante évangélique MATTHANIA de Corbeil-Essonnes, le Seigneur à travers son serviteur le Pasteur Claude MISSIDIMBAZI, nous a parlé de sa grâce. Le texte qui suit vous permettra de découvrir la signification biblique de ce mot.

LA GRÂCE DE DIEU

1 Corinthiens 15/9-11

" car je suis le moindre des apôtres, je ne suis pas digne d'être appelé apôtre, parce que j'ai persécuté l'Eglise de Dieu. Par la grâce de Dieu je suis ce que je suis, et sa grâce envers moi n'a pas été vaine; loin de là, j'ai travaillé plus qu'eux tous, non pas moi toutefois, mais la grâce de Dieu qui est avec moi. Ainsi donc, que ce soit moi, que ce soient eux, voilà ce que nous prêchons, et c'est ce que vous avez cru."

LA GRÂCE DE DIEU

La grâce divine présente et indispensable dans la vie chrétienne.

La Bible est remplit de mots importants chargés de sens transmettant la pensée de Dieu. Ces mots suscite des émotions diverses, telles que la joie, l’amour, la tristesse. La Bible est le livre des paroles de Dieu chargées de vie. Dans le nouveau testament nous avons de nombreux mots importants, mais le mot qui résume toute la Bible et particulièrement le nouveau testament est le mot grâce. C’est le mot qui est chargé de tout ce dont nous avons besoin de savoir pour recevoir la vie de Dieu, et pour vivre en tant que chrétien. Le Dieu du nouveau testament est le Dieu de toute grâce (1 Pierre 5/10). Le Saint-Esprit est l’Esprit de la grâce (Hébreux 10/29). Et toutes les espérances que permet de nourrir le Saint-Esprit se fondent sur la grâce du Seigneur Jésus (Actes 15). La grâce comme le précise l’apôtre Jean est venu par Jésus-Christ (Jean 1/17). Ainsi annoncer le Seigneur Jésus, c’est rendre témoignage de la bonne nouvelle de la grâce de Dieu (Actes 20/24). « Croissez dans la grâce et dans la connaissance de notre Seigneur et Sauveur Jésus-Christ » 2 Pierre 3/18. Ainsi les apôtres considéraient la grâce comme l’élément primordial de la vie chrétienne. Cette dernière du début à la fin est totalement dépendante de la grâce de Dieu. Cette grâce compense même nos faiblesses (2 Corinthiens 12/9). Nous devons prier pour la grâce : « Approchons-nous donc avec assurance du trône de la grâce, afin d'obtenir miséricorde et de trouver grâce, pour être secourus dans nos besoins » Hébreux 4/16. La grâce vient à notre secours même lorsque nous traversons les moments difficiles. Le chrétien doit de plus en plus chaque jour un peu plus faire l’expérience de la grâce de Dieu. Aujourd’hui à cause de la Grâce de Dieu, nous pouvons le servir. Et puisque chacun a reçu un don, mettons-le au service des autres en bon intendant de la grâce si diverse de Dieu (1 Pierre 4/10). Même lorsque financièrement nous contribuons à l’œuvre du Seigneur, il s’agit d’une action de la grâce (2 Corinthiens 8/6-7).

LA GRÂCE DE DIEU

Le sens du mot grâce : ce mot provenant du grec « chári, χάρη », traduit différents mots Hébreux. D’abord il transmet l’idée d’un puissant bienfaiteur qui accorde un bien à un inférieur. L’idée de grâce dans l’ancien testament correspond au fait de se montrer favorable, se pencher vers celui qui est indigne. Dans l’ancien testament la grâce évoque l’attachement, des attitudes de pitié et de miséricorde : un grand a pitié d’un petit, d’un faible, de celui qui est écrasé. Bien entendu, il ne s’agit pas seulement d’une émotion, mais la grâce implique le geste, le fait de tendre la main. Oui la grâce fait appel à la tendresse, la compassion, l’amour viscéral. Dans Exode 34/6-7 lorsque Dieu se révèle à Moïse il décline son identité : « L'Eternel, l'Eternel, un Dieu plein de compassion et de grâce, lent à se mettre en colère, et riche en amour et en fidélité ! Je conserve mon amour jusqu'à la millième génération : je pardonne le crime, la faute et le péché, mais je ne tiens pas le coupable pour innocent, et je punis la faute des pères sur leurs descendants jusqu'à la troisième et même la quatrième génération ». Il apparait clairement ici que la grâce fait partie de la nature de Dieu. Sa grâce ne se limite pas à être dans le ciel tout en étant ému envers les hommes de la terre qui souffre. La grâce divine agit, elle parcourt les rues pour sauver, racheter et faire du bien à tous ceux qui souffrent.

une dinde grâciée

une dinde grâciée

Dans le nouveau testament la grâce désigne une faveur imméritée, l’amour imméritée reçue de Dieu. Celui qui a la grâce aujourd’hui, c’est celui qui a du charisme, un charisme différent de celui du monde. Le charisme dans la Bible est la manifestation de la sympathie de Dieu, la gentillesse de Dieu, la main tendue du Seigneur envers une personne. La grâce divine est un bienfait, une disposition à vouloir le bien à quelqu’un qui ne le mérite pas. Dieu nous aime alors que nous ne le méritons pas. Il est prêt à nous pardonner, à nous recevoir, alors que nous ne le méritons pas. Ainsi le nouveau testament associe toujours la grâce à la personne et à l’œuvre du médiateur Jésus-Christ. Car la loi a été donnée par Moïse, mais la grâce et la vérité sont venues par Jésus-Christ. « La grâce de Dieu source de salut pour tous les hommes a été manifestée, et elle nous enseigne à renoncer à l’impiété et aux convoitises mondaines, et à vivre dans le siècle présent selon la sagesse, la justice et la piété » Tite 2/11-12. Ce mot grâce si chargé de sens doit nous faire jubiler, nous émouvoir, nous pousser à l’adoration et l’action de grâce. Celui qui a été touché par la grâce divine sera toujours reconnaissant. La grâce est quelque chose de visible. Parce que Dieu aime il a donné son Fils. Parce que Dieu nous aime, il est aimable envers ceux qui ne le sont pas. Parce que nous aime, il fait alliance, il pardonne les péchés, accueille les pécheurs et se révèle à eux, enlève tous les obstacles afin que nous puissions lui appartenir. C’est la grâce qui nous a choisis. C’est parce que Dieu est un Dieu de grâce qu’il nous a appelé vers lui. La grâce de Dieu transforme celui qu’elle atteint et provoque en retour une action de grâce. Ce que je suis, ce que je fais, ce que je ferais, je le dois à la grâce de Dieu qui est avec moi. Et il en est de même pour tous les chrétiens. Quelque chose de bon émane de nous, c’est le fruit de l’action de la grâce de Dieu. Nous exerçons un ministère béni, c’est la résultante de la grâce de Dieu. Aujourd’hui certains pensent que parce qu’on est chrétien on peut tout se permettre, non. Car la grâce nous éduque, nous maîtrise. En effet lorsque la grâce t’a touché, tu ne peux pas faire du mal à ton sauveur, ni bafouer la gloire de ton Dieu.

LA GRÂCE DE DIEU

Dans 2 Corinthiens 12/7-10 : «Et pour que je ne sois pas enflé d'orgueil, à cause de l'excellence de ces révélations, il m'a été mis une écharde dans la chair, un ange de Satan pour me souffleter et m'empêcher de m'enorgueillir. Trois fois j'ai prié le Seigneur de l'éloigner de moi, et il m'a dit : Ma grâce te suffit, car ma puissance s'accomplit dans la faiblesse. Je me glorifierai donc bien plus volontiers de mes faiblesses, afin que la puissance de Christ repose sur moi. C'est pourquoi je me plais dans les faiblesses, dans les outrages, dans les calamités, dans les persécutions, dans les détresses, pour Christ; car, quand je suis faible, c'est alors que je suis fort ». La nature de cette écharde n’a pas été précisée, mais elle était un véritable drame, une contradiction, une faiblesse dans la vie de Paul. J’ai connu une réalité similaire chez une chrétienne, qui bien qu’ayant un ministère de guérison était constamment malade. Dieu parfois pour nous maintenir dans l’humilité ne nous fait pas personnellement profiter des dons qu’il nous donne, afin que ces derniers puissent servir aux autres. Pour se débarrasser de cette écharde, Paul a prié et Dieu lui a répondu : « ma grâce te suffit ». Autrement dit : « je n’enlève pas cette écharde parce que c’est pour ton bien ». Bien entendu cette écharde n’est pas un péché. Cette écharde-faiblesse est un manque de don naturel. Par exemple il y a des gens qui n’arrivent pas à mémoriser facilement les versets bibliques alors que d’autres dans ce domaine ont des capacités incroyables, il y a des personnes de petite taille, d’autres ont une mauvaise conscience qu’ils n’arrivent pas vaincre alors que le sang précieux de Jésus nous purifie de chaque péché. On peut vivre aujourd’hui et triompher de tout ce que satan peut proposer grâce à Dieu. Cette grâce nous suffit pour persévérer, endurer, et aller toujours plus loin. Alors peut-être qu’à cet instant tu as des faiblesses, par exemple tu as du mal à te lever et à prendre un petit quart d’heure le matin pour prier, il est temps de t’ouvrir à la grâce du Seigneur. Il est temps que Dieu te donne sa grâce, afin que tu ne puisses pas d’abord considérer ta propre volonté ou aller dans le sens de l’exaucement de tes prières, mais savoir entendre cette parole venant de Dieu qui te dit : ma grâce te suffit. Mon amour te suffit, ma fidélité est là, ma compassion et ma miséricorde sont tes besoins aujourd’hui dit le Seigneur. Ainsi même si on t’insulte ou te calomnie, même s’il y a des contraintes, ma grâce te suffit.

LA GRÂCE DE DIEU

Dans ce même texte de référence, retenons également que la grâce de Dieu qui travaille dans la vie de Paul, l’amène à être tellement humble au point de dire « je suis ce que je suis par la grâce de Dieu ». La grâce de Dieu change les gens, et nous en avons la preuve dans la vie de l’apôtre Paul. Cette humilité le caractérisant découle de l’action de la grâce de Dieu dans sa vie. Reconnaissons que Dieu peut ramener à la foi en lui, même ses pires ennemis. Cette déclaration de 1 Corinthiens 15/10 « Par la grâce de Dieu je suis ce que je suis, et sa grâce envers moi n'a pas été vaine », nous rappelle le parcours de Paul. Et pour savoir d’où vient Paul il faudra lire les chapitres 8 et 9 du livre des Actes des Apôtres, où Luc le décrit comme un homme zélé témoin approbateur de la mort du premier martyr chrétien Etienne (Actes 8/1), un homme violent hostile à l’église naissante. Mais Dieu va toucher cet homme, et le persécuteur des croyants décrit comme « Saul respirant la menace et le meurtre », a rencontré le Christ plus fort que lui sur le chemin de Damas. La scène de cette rencontre est décrite dans Actes 9/3-7. Saul entendit lui demander « Saul, Saul, pourquoi me persécutes-tu ? » Saul persécutait les fidèles de l’église sans savoir qu’il s’attaquait au Christ lui-même. Parce que l’église est à Dieu, et les brebis sont à lui et non à un homme. Et lorsqu’on fait du mal à un enfant de Dieu, c’est à Dieu lui-même qu’on le fait. Si nous le comprenons lui y aura moins de problèmes dans les églises. Cette rencontre a bouleversé la vie de Paul. Et lorsqu’il dit que « par la grâce de Dieu je suis ce que je suis », il évoque cette rencontre où le Christ est entré dans sa vie. Après cette rencontre sur la route de Damas, Saul resta aveugle durant trois jours, devenu incapable de nuire à l’église naissante. Concomitamment à tout cela le Seigneur préparait l’un de ses enfants Ananias comme cela l’est relaté dans Actes 9/10-19. Ananias obéissant au Seigneur imposa des mains à Saul qui recouvrit la vue et fût baptisé. Saul devenu Paul par la suite sait de quoi il parle lorsqu’il évoque la grâce divine comme source de sa transformation. Nous également chrétiens d’aujourd’hui, nous sommes ce que nous sommes par la grâce de Dieu. Et cette grâce commence toujours par l’élection, Dieu nous a choisi avant la fondation du monde. Il « nous a sauvés, et nous a adressé une sainte vocation, non à cause de nos œuvres, mais selon son propre dessein, et selon la grâce qui nous a été donnée en Jésus-Christ avant les temps éternels » 2 Timothée 1/9. Ainsi chaque fois que vous allez évangéliser vous ne savez pas qui vous avez en face de vous. Il s’agit peut-être d’un élu de Dieu. Alors apportez-lui l’évangile et Dieu fera le reste, car Dieu a déjà choisi les siens avant les temps éternels, avant que le monde soit. Cette grâce s’est manifesté dans la vie des croyants car Jésus a dit « nul ne peut venir à moi si le Père qui m’a envoyé ne l’attire, et je le ressusciterais au dernier jour » Jean 6/44. La grâce a du résultat dans la vie des croyants : l’élection, la rédemption, la régénération. Et c’est par grâce que nous serons sauvés. Et c’est pour cela que Paul était reconnaissant.

LA GRÂCE DE DIEU

Le style de vie de quelqu’un qui est remplit du Saint-Esprit se reconnait toujours par la reconnaissance. Les gens ingrats prouvent ainsi qu’ils n’ont jamais été touché par la grâce. Parce que celui qui est pauvre à qui on donne des richesses sera toujours reconnaissant. Celui à qui on fait du bien devra être reconnaissant. Celui qui mesure la valeur et la portée de la mort et des souffrances de Jésus sera toujours reconnaissant. Celui qui comprend la grandeur de l’amour de Dieu sera toujours reconnaissant. Celui qui reconnait la valeur des biens éternels sera toujours reconnaissant. En lisant les épîtres de Paul, on constate qu’ils sont remplis d’actions de grâce, car Paul vit, respire, il marche dans cette atmosphère de reconnaissance, parce qu’il sait d’où il vient. Il sait comment le Seigneur l’a sauvé : il vivait dans le péché, il était dans les ténèbres, mais la lumière a brillé et maintenant il voit claire, il sait que ce monde n’est rien et que le ciel existe. Cet homme est régénéré, il est passé des ténèbres à la lumière, de la puissance de satan à la puissance de Dieu, du royaume de satan au royaume de Dieu. Cet homme a un nouveau roi, il est né de nouveau et a reçu l’Esprit de Dieu. Pour cet homme la seule manière de démontrer son attachement à l’amour immérité reçu de Dieu consiste en des actions de grâce : « mon âme bénit L’Eternel et n’oublie aucun de ses bienfaits car je suis conscient que je suis un pécheur sauvé par grâce ». Nous ne sommes pas meilleurs que les autres, car par exemple il y a des païens dans le monde qui sont sympathiques mais s’ils ne connaissent pas Jésus, ils iront en enfer. Nous chrétiens sommes biens parce que Jésus nous fait du bien. Et c’est parce que nous croyons en lui que nous sommes rendus juste aux yeux de Dieu par notre foi. De plus ce qui est bon en nous c’est que Jésus fait.

Reconnaissant

Reconnaissant

La grâce de Dieu fait quelque chose. Cette grâce n’est pas seulement pour Paul, mais elle travaille également pour les autres. Elle a transformé Paul mais aussi tous ceux qui étaient avec lui. Là plusieurs personnes liront ces lignes. Certaines seront changés mais d’autres pas. Si nous ouvrons nos cœurs à la grâce, en nous repentant et ayant le fort désir de mettre de l’ordre dans nos vies, elle nous changera. Si tu es chrétien et que tu lis ce message, cela doit susciter en toi plus d’actions de grâce.

La joie d'un gracié

La joie d'un gracié

Commenter cet article