LE « JE » DIVIN

Publié le par Tamara LWAKABUANGA et David Song Matha

Ce n’est que lorsque Dieu prend les choses en main, que les choses marchent, ce n’est que lorsque le Seigneur est la priorité dans nos  cœurs et est à l’œuvre dans nos vies, que quelque chose de concret peut se faire. Le 30 Aout 2015 à l'église prostestante évangélique de Corbeil-Essonne le Pasteur Claude MISSIDIMBAZI nous a entrenu sur le "Je" divin. Enrichis toi et comprends !

LE « JE » DIVIN

JEREMIE 1/4-19


 
L'Eternel m'adressa la parole en ces termes : Avant de t'avoir formé dans le sein de ta mère, je t'ai choisi ; et avant ta naissance, je t'ai consacré : je t'ai établi prophète pour les nations. Je répondis : Hélas, Seigneur Eternel, je ne sais pas m'exprimer, car je suis un adolescent.
 Mais l'Eternel me répondit : Ne dis pas : « Je suis un adolescent » ; tu iras trouver tous ceux auprès de qui je t'enverrai, et tu leur diras tout ce que je t'ordonnerai. N'aie pas peur de ces gens, car je suis avec toi pour te protéger, l'Eternel le déclare. Alors l'Eternel tendit la main et me toucha la bouche, et il me dit : Tu vois : je mets mes paroles dans ta bouche.  Sache que je te confie aujourd'hui une mission envers les nations et les royaumes : celle d'arracher et de renverser, de ruiner et de détruire, de construire et de planter.
 L'Eternel m'adressa encore la parole en ces termes : Que vois-tu, Jérémie ? Je répondis : Je vois une branche d'amandier. Tu as bien vu, me dit l'Eternel. Eh bien, je veille sur ma parole pour accomplir ce que j'ai dit.
Puis l'Eternel m'adressa une seconde fois la parole : Que vois-tu encore ? Et je répondis : Je vois un chaudron en train de bouillir et qui se trouve au nord. Et l'Eternel me dit : C'est, en effet, du nord que le malheur viendra se déverser sur tous les habitants de ce pays. Car je vais appeler tous les peuples des royaumes du nord, l'Eternel le déclare. « Ils viendront, et chacun installera son trône devant les portes de Jérusalem, face à tous ses remparts, et à tous ceux des villes de Juda.  Et je rendrai mon jugement contre les habitants de ce pays pour tout le mal qu'ils ont commis ; parce qu'ils m'ont abandonné afin d'offrir des sacrifices à d'autres dieux et de se prosterner devant les dieux qu'ils se sont fabriqués.
 « Toi donc, mets ta ceinture et lève-toi, tu leur diras tout ce que je t'ordonnerai. Ne te laisse pas terrifier par eux, sinon c'est moi qui, devant eux, m'en vais te terrifier. Et moi, je fais de toi comme une ville fortifiée, comme un pilier de fer et un rempart de bronze face à tout le pays : face aux rois de Juda, à ses ministres, à ses prêtres et à son peuple. Ils vont combattre contre toi, mais ils ne l'emporteront pas, car je suis avec toi, l'Eternel le déclare, je te protégerai. »

Pour accomplir une tache immortelle, il faut pouvoir plonger ses racines dans l’éternité. Quiconque n’a pas reçu un appel d’en haut ou ne reconnait une souveraineté irrésistible à l’œuvre dans sa vie, ne saurait accomplir une œuvre de Salut pour Dieu. Ce n’est que lorsque Dieu prend les choses en main, que les choses marchent, ce n’est que lorsque le Seigneur est la priorité dans nos  cœurs et est à l’œuvre dans nos vies, que quelque chose de concret peut se faire.

 

Jérémie une fois de plus nous interpelle ce matin.  Il y a un mot qui revient constamment dans ce texte, c’est le pronom : « Je », c’est à dire le « Je » divin. Si nous comprenons réellement ce « Je » divin, ce pronom, nous comprenons l’œuvre, la force de caractère, la puissance de vie de Jérémie, car toute  l’œuvre de cet homme de Dieu, de ce prophète découle de ce que Dieu a fait, a décidé et est en train de faire. Et la capacité qu’il aura de résister contre vent et marée, lui qui sera seul, isolé, rejeté par le peuple, jeté dans le puits, battu, critiqué par les membres de sa famille, qui ne pourra jamais se marier et avoir des enfants, lui qui est connu mondialement comme l’homme qui pleure sans cesse, hyper sensible, ultrasensible, puisqu’on parle des lamentations de Jérémie, des jérémiades de Jérémie. Un jeune homme qui pleure intérieurement mais qui est saisi par Dieu. Pour comprendre la capacité qu’il a à tenir ferme comme le texte vient de nous le dire V.17 -19 : «  Et moi, je fais de toi comme une ville fortifiée, comme un pilier de fer et un rempart de bronze face à tout le pays : face aux rois de Juda, à ses ministres, à ses prêtres et à son peuple.  Ils vont combattre contre toi, mais ils ne l'emporteront pas, car je suis avec toi, l'Eternel le déclare, je te protégerai », il nous faut accepter la vérité qui suit: Pour être l’homme ou la femme que Dieu veut que nous soyons, il faut que Dieu travaille en nous. Ce qui est extérieur, ce qui est visible n’est que la conséquence de ce qui est intérieure.  Si à l’intérieur de nous il y a du solide, il y a des convictions, la foi véritable, l’extérieure n’en que le résultat. Ainsi celui qui abandonne la foi, abandonne d’abord Dieu à l’intérieur de son cœur. On devient fort à l’intérieur, et l’extérieur ce ne sont que les conséquences. C’est pour cela que la victoire, la force de caractère, la détermination, la passion de ce jeune homme Jérémie, découle de ce « Je » divin, d’une relation personnelle avec Dieu. Dieu envoie un message qui dérange, un message de jugement, mais ce message apporte aussi de la consolation, car le prophète Jérémie parle de la nouvelle alliance et du retour du peuple vers Dieu. Mais avant ce retour, cette grande espérance et manifestation, il faut d’abord vivre et expérimenter ce jugement divin. Mais cette perspective n’est pas acceptée par le peuple car lui comme nous aujourd’hui, souhaitons toujours des bonnes choses. Lorsque le peuple désobéi, il doit être jugé avant d’être réhabilité. Jérémie est très proche de nous et il nous dit par sa propre vie que l’on peut garder la foi en Dieu quand tout semble s’écrouler. On doit garder l’espérance en des jours meilleurs, car Dieu est plus grand et plus fidèle que tout malgré toutes les apparences contraires, Dieu est fidèle et il restera toujours fidèle, il est ce roc fiable hors duquel rien ne tient. Cette grande vérité, Jérémie va l’apprendre au début de sa vie et de son ministère. 

Du verset 4 au verset 10 il s’agit d’un récit autobiographique de la vocation de Jérémie, et ce récit s’ouvre sur  les interventions de Dieu. Une formule est fréquemment répétée : «  La parole de Yahvé me fut adressé ». Au v.4 et au v. 11, Dieu va vers son futur prophète. C’est Dieu qui va vers lui, c’est Dieu qui se tourne vers son prophète. De plus dans ces quelques versets nous avons ce « Je » qui revient constamment. Ainsi au V.5 : « je t’ai connu, je t’ai consacré, je t’ai établit etc. » Dieu prend les choses en main et notre objectif ce matin est de nous construire intérieurement, afin d’être fort extérieurement. Les difficultés ne manqueront pas et n’ont jamais manqué. Ce ne sont pas ces difficultés qui posent problème mais c’est l’intériorité de notre foi. La méthode utilisée par Dieu pour préparer ce jeune homme est biblique. Pour construire cette vie intérieure il faut d’abord qu’une parole de Dieu nous soit adressée. Il est important que cette parole pénètre en nous car c’est de cette manière qu’elle va générer, va créer la vraie spiritualité provenant de Yahvé. Yahvé est le nom de Dieu qui signifie présence (je suis là), compagnonnage (je serai avec), fidélité (je serai avec toi). Ainsi quand Jérémie entend la parole, ce n ‘est pas la parole d’un inconnu, d’un faux dieu mais celle de Yahvé et cette parole va construire ce jeune homme.

 

Et cette parole dit au v.5. « Avant même de te former dans le ventre maternelle, je t’ai connu ». Si nous voulons tenir ferme face aux ruses de Satan, aux difficultés extérieures, aux faux croyants, aux vicissitudes de la vie, aux maux quotidiens, il faut que notre intérieur soit fort. Ce qui rend fort l’homme intérieur est une parole divine, le « Je » divin. Ce qui importe pour Dieu, c’est de construire l’intérieur de ce jeune homme et il commence par ramener les choses à sa souveraineté infini, c’est à dire que tous ce que Jérémie va vivre découle de la volonté de Dieu et de son plan éternel, car il dit : « avant même de te former dans le ventre maternel », donc les parents de Jérémie n’avaient même pas encore envisagé de le concevoir que Dieu lui, avait déjà décidé de son devenir. Ainsi la vie de ce jeune homme est liée au destin éternel de Dieu. Tout ce qu’il va vivre et faire, découle de ce qu’avant même sa conception Dieu le connaissait et cela donne de la force à celui qui va se confronter à des situations sans précèdent, cela donne de la détermination à celui  qui va vivre des situations difficiles parce qu’il va apprendre que sa force découle toujours de ce que Dieu lui a dit. C’est quelque chose de magnifique de savoir que nous sommes connus de Dieu car sa connaissance n’est pas là pour condamner. Non, chaque fois que Dieu vient pour avoir une relation avec quelqu’un, il vient toujours construire. Nous devons construire notre fort intérieur, non pas avec des paroles humaines mais ce que Dieu dit.

 

Toujours au v.5. Jérémie fait parler Yahvé à la 1ere personne, et c’est Yahvé l’Eternel qui a toujours et qui aura toujours l’initiative. C’est avec lui que tout commence. La vocation de Jérémie, sa vie, ses réussites, ses échecs sont tous liés au plan éternel de Dieu. Avec le « Je »,  nous sommes dans la souveraineté absolu de Dieu. Dieu dirige toutes choses, Dieu contrôle toutes choses et Dieu a un plan pour chacun d’entre nous. Cela nous rappelle que Jésus-Christ avant d’envoyer les douze disciples, les a d’abord appelé à lui, il les a formés intérieurement, il les a équipés, il leur a donné l’autorité (Matthieu 7). Et lorsque les douze sont revenus avec des résultats, il leur a demandé de ne pas se réjouir des résultats mais de ce que leurs noms soient inscrits dans le livre de vie. Il y a une parole magnifique que Jésus va prononcer dans Jean 15 :16 : « Ce n’est pas vous qui m’avez choisi, mais c’est moi qui vous ai choisi, je vous ai donné mission d’aller, de porter du fruit et que votre fruit demeure », L’ordre des mots est important ici. Frères et sœurs dans ses paroles se trouve la force de vivre, la force de caractère de tout disciple, parce que le « Je » divin est toujours à l’œuvre. Jérémie tiendra parce que c’est Dieu qui l’a envoyé, il résistera parce que Dieu l’a dit, il réussira parce que Dieu l’envoie.

 

« Avant toutes choses, je t’ai consacré » : nos vies ne commencent pas à notre naissance, non, mais elles commencent dans le plan cosmique générale de Dieu, avant la création de toutes choses le Tout-Puissant savait qui tu es et qui tu seras. C’est pour cela qu’il y a beaucoup de réconfort de se savoir aimé et désiré par le Seigneur, de savoir que celui qui est avec nous est le maitre souverain, que nos bricolages du matin ne doivent pas rentrer dans le plan général de Dieu. Mais notre plan est associé à quelque chose qui nous dépasse, à quelque chose qui est beaucoup plus grand que nos préoccupations, c’est quelque chose qui est supérieur à ce que l’on peut penser ou imaginer, c’est le dessein éternel de Dieu. Dieu est en train de diriger l’histoire des hommes et de faire avancer son royaume, de glorifier ses enfants. Car Dieu est à l’œuvre dans la vie de ses enfants et ce plan est au-delà de nos conceptions. Lorsqu’on réalise que le « Je » divin travaille en nous, on a de l’assurance et une grande confiance. Mais la seule pensée de savoir que nous avons des choses à faire pour le Seigneur et que Jésus est pour nous, doit nous mettre dans la tranquillité. Quelque soit les difficultés qu’il peut avoir et les combats qu’il y aura à mener,  ce qui compte et qui est important c’est ce que Dieu dit. C’est pour cela qu’être connu de Dieu est une grande bénédiction. Jérémie doit voir dans le plan Eternel du Tout-Puissant l’origine de sa mission. Jérémie est un prophète mais pas un prophète comme tous les autres car c’est un prophète choisit par Dieu. Dans la nouvelle alliance, les chrétiens sont des témoins de Jésus-Christ.

 

 

DE QUOI DEPEND NOTRE REUSSITE ?

 

Elle dépend d’abord de ce que Dieu a construit en nous. C’est quand même étonnant que nous voulions faire des choses sans être construit par le Seigneur. Bien des gens se lève pour Dieu et ne vont pas jusqu’au bout, or il faut laisser d’abord que Dieu nous construire intérieurement, qu’il place les fondations. Et lorsque ces fondations sont solides, le vent va souffler, la maison va trembler, mais elle tiendra, parce qu’elle est bâtie sur le roc, c’est à dire la parole, le « Je » divin. Quand Dieu va appeler Moïse, la mission qu’il lui confie est impossible, et la seule chose qu’il lui donne, c’est la garantie : « Je serai avec toi ». Si Dieu avait montré à Moise sa mission, il aurait eu peur et pas envie d’essayer,  parce que le peuple est dure, les situations sont difficiles, mais Dieu a dit : « Je serai avec toi » Exode 3/12.

Il y a quelque chose de remarquable dans le « Je », une parole qui restaure, une parole qui nous habite, qui nous guérit. Entendre de la bouche de Dieu : « Je t’ai connu, je t’ai consacré, et je t’ai établit » est exceptionnel, en effet lorsque Dieu établit quelqu’un, personne ne peut lui résister. Quand c’est Dieu qui travaille en nous, une parole qui habite en nous, nous sommes forts et c’est pour cela que Dieu rejette le refus de Jérémie lorsque ce dernier dit : « Seigneur, je suis trop jeune, je ne sais pas parler ». Le Seigneur va balayer d’un revers de main ses paroles qui cependant prouvent l’humilité de Jérémie. Dieu lui donne l’autorité sur le royaume. Imaginez cette scène de nos jours ! C’est pour cela que pour être avec Yahvé, il faut être fort intérieurement. Car devant une situation similaire nous avons des raisons de douter et Jérémie pouvait douter. Dans Matthieu 28 :18-19 il est écrit : « Alors Jésus s'approcha d'eux et leur parla ainsi : J'ai reçu tout pouvoir dans le ciel et sur la terre : allez donc dans le monde entier, faites des disciples parmi tous les peuples, baptisez-les au nom du Père, du Fils et du Saint-Esprit. » Jésus ayant reçu toute autorité, envoie ses disciples, en leur donnant l’autorité. Et c’est parce que l’on croit à ce que Dieu dit que l’on peut aussi marcher, triompher, renverser les forteresses, implanter des églises çà et là, parce que notre autorité découle de l’autorité même de Dieu qui est le souverain de tous les hommes. Cette réussite découle du fait que le « Je » divin soit à l’œuvre : « Je suis avec toi, je te donne autorité ».

De cette autorité, découle une mission et Jérémie réussira parce que cette mission vient de Dieu lui même. Et ce qui vient de Dieu réussi toujours. Ce n’est pas le fruit de Jérémie lui-même, non, c’est parce que la mission qu’il a reçue vient de Dieu, c’est pour cela qu’il va réussir. Nous voulons choisir des postes dans les églises, mais nous devons être dans la mission que Dieu veut pour nous, ce n’est pas à nous de décider. Même lorsque les choses vont sembler difficiles dans la mission qui vient de Dieu, choisis par Dieu, revêtus de l’autorité de Dieu, nous réussirons. Cependant il est à noter que Dieu est aussi dans les échecs parce que tout cela est prévu dans son plan, et ça c’est une grande victoire. Et quand même il ne semblerait pas avoir de fruits, sa mission continuera. Sur le plan humain, quand on regarde la vie de Jérémie, elle semble ratée, il a raté sa vocation parce qu’il y a eu peu de réussite, mais en réalité dans la perspective de Dieu, Jérémie a tout réussi de A à Z, car il a fait ce pourquoi Dieu l’avait choisi et rien d’autres. Ce principe vaut aussi pour nous, car avant de pouvoir bâtir et planter, il faut d’abord déraciner. Et on vit avec des traditions qui ont du mal à partir. Si nous voulons du neuf, si nous voulons la Gloire de Dieu,  Dieu doit d’abord déraciner certaines choses, nous devons d’abord démolir certaines choses pour que Dieu lui même plante la bonne graine et que nous puissions porter le fruit à sa ressemblance. Et tous les croyants quelque soit leur âge spirituel porteront toujours des fruits, parce que ce n’est pas eux qui ce sont choisi, mais Dieu qui les a choisit. Tous les croyants réussiront car le Dieu de la Bible est un Dieu qui bâtit, qui construit et qui plante la bonne semence que nul ne pourra arracher. Jérémie a appris cette grande leçon tout au long de sa vie.

 

« Tu iras la ou je t’enverrai ». Puissions-nous aussi partir avec ce « Je » divin, au lieu de dire : « moi », nous devons dire : L’Eternel (« Je ») m’a dit. Ce n’est pas à moi de décider. Tout le problème est là, nous voulons des choses que Dieu ne veut pas. Nous désirons des choses que Dieu ne veut pas et nous serons prêts à  tordre le sens des écritures pour avoir raison. Mais in fine ce sera toujours le désastre, parce que Dieu n’est pas dans cette mission. La seule chose qui apporte quelque chose, c’est ce que Lui ordonne. Dieu ne nous demande pas « de faire pour faire », mais de faire ce qu’il nous demande de faire, ce pourquoi il nous a créés. Nous allons rater notre vie, si nous ne faisons pas ce pourquoi il nous a créés.

Frères et sœurs le jour où nous quitterons ce monde, nous laisserons tout ici-bas. Tout  est déterminé par la mission. Notre réussite serait de pouvoir dire au Seigneur ce jour-là : j’ai fait ta volonté, et j’ai accompli ta mission.

 

 

Mais quelle est cette mission ? Quelle est ta place ? Pourquoi es-tu sur cette Terre ? Pourquoi est-ce que tu as été créé ? 

 

Dieu nous a créés pour une mission, pour un but particulier. Et ce but nous pouvons le connaître que lorsqu’on est intime avec Dieu. Dieu parle avec Jérémie, il le connaît et révèle son identité. Et sa véritable identité est le reflet d’une parole divine. Il sait qui il est parce que Dieu lui dit qui il doit être. Le Dieu de Jérémie est un Dieu qui déracine, qui renverse, mais il est aussi un Dieu qui est là pour bâtir et planter.

C’est Dieu qui fait tout, c’est Dieu qui exerce une influence sur son prophète,  c’est lui qui reconstruit ce qui est cassé, c’est Dieu qui permet l’exil mais c’est le même Dieu qui ramène de l’exil car dans Jérémie 2 :15-17 il est écrit : «  De jeunes lions rugissent contre lui et ils ont transformé son pays en désert. Ses villes sont brûlées, personne n'y habite. Et même les habitants de Memphis avec ceux de Daphné vous ont brisé le crâne.  Pourquoi donc tout cela t'arrive-t-il ? N'est-ce pas pour avoir délaissé l'Eternel ton Dieu, alors même qu'il te guidait sur le chemin ? ». Mais beaucoup plus loin Jérémie 42 :10-11 il est écrit : « Si vous restez dans ce pays, j'y accomplirai votre restauration et ne vous y détruirai pas ; je vous y implanterai et ne vous en arracherai pas. Car je renoncerai à vous faire du mal comme je vous en ai fait. Ne craignez plus le roi de Babylone dont vous avez peur ! Non, n'ayez pas peur de lui, l'Eternel le déclare, car je suis avec vous : je vous sauverai et je vous délivrerai de lui. ». Même dans l’épreuve, le « Je » divin travaille ; «  Je vous replanterai, je répèterai.. ». Le « Je » divin est aujourd’hui une parole remarquable, parce qu’on peut voir des églises complètement cassées restaurées et reconstruites sous l’action du « Je » divin celui de la Bible. Il veut reconstruire l’intérieur de chacun car honnêtement nous sommes des êtres brisés, malades, fatigués, épuisés, mais il y a une élément psychologique dans la tête de Jérémie, Dieu est celui qui replante, qui reconstruit, qui regrette même le mal qu’il a envoyé car il est celui qui reconstruit. C’est à l’intérieur que tout se passe, c’est là où tout se joue.

 

Versets 11-12 « L'Eternel m'adressa encore la parole en ces termes : Que vois-tu, Jérémie ? Je répondis : Je vois une branche d'amandier. Tu as bien vu, me dit l'Eternel. Eh bien, je veille sur ma parole pour accomplir ce que j'ai dit. » Pour le réconforter, le Seigneur lui donne cette vision-là. Dieu est le veilleur, c’est lui qui construit d’abord son serviteur avec sa parole et c’est le même Dieu qui assure qu’Il veille sur sa parole pour l’accomplir. C’est pour cela que la réussite dépend toujours de Dieu. C’est Dieu aussi qui peut ouvrir les cœurs à l’écoute de sa parole, car le serviteur parle, mais c’est Dieu aussi qui ouvre les cœurs. C’est lui qui permet aussi que la parole pénètre les cœurs car c’est lui qui veille sur sa parole pour l’accomplir. Quoi qu’il en soit, ce qui est sorti de la bouche de Dieu s’accomplit toujours, quelque soit le temps que cela prendra Dieu a dit et il surveille jusqu'à l’accomplissement. Et pendant les 40 ans qui ont suivi les déclarations prophétiques de Jérémie il n’y a rien eu. Plus tard toutes ces prophéties se sont accomplies à la lettre. Le peuple exilé a déchiré ses vêtements et Dieu l’a ramené. Pendant 40 ans Jérémie va prêcher dans le vent, mais comment a-t-il pu tenir, c’est parce que Dieu a dit : « Je te connaissais déjà ».

Quand les difficultés arrivent, le Seigneur est capable de nous parler à sa manière, afin de nous rassurer, de nous bénir. Il y a ce « Je » divin qu’il nous faut absolument accepter ce matin, afin de ne pas avoir peur, Soyez confiant et calme. Nous devons accepter l’œuvre de Dieu en nous. Et nous devons dépendre de Lui et de Lui seul. A la fin toute la gloire sera à Dieu seul.

Publié dans DIEU LE PERE

Commenter cet article