LA VERITE

Publié le par David Evariste SONG MATHA

L’évangile selon Jean 8 : 30-36

« 30 Comme Jésus parlait ainsi, plusieurs crurent en lui. 31 Et il dit aux Juifs qui avaient cru en lui : "Si vous demeurez dans ma parole, vous êtes vraiment mes disciples, 32 vous connaîtrez la vérité et la vérité vous affranchira". 33 Ils lui répondirent : "Nous sommes la postérité d'Abraham et nous ne fûmes jamais esclaves de personne. Comment dis-tu : Vous deviendrez libres ?" 34 "En vérité, en vérité, je vous le dis, leur répliqua Jésus, quiconque se livre au péché est esclave du péché. 35 Or, l'esclave ne demeure pas toujours dans la maison, le fils y demeure toujours. 36 Si donc le Fils vous affranchit, vous serez réellement libres. »

Amen !

Clés

Clés

Quelle sorte d’engagement devons-nous prendre pour être un vrai chrétien en 2016 ? Quelle sorte d’engagement devons-nous prendre pour être un vrai chrétien en 2016 ? La réponse, me semble-t-il, nous est donné par l’Apôtre Jean dans 3 Jean 1 : 1-5 il est écrit : « L’ancien, – c’est-à-dire Jean- à Gaius, le bien aimé que j’aime dans la vérité. 2 Bien-aimé, je souhaite que tu prospères à tous égards et sois en bonne santé, comme prospère l’état de ton âme. 3 J’ai été fort réjoui, lorsque les frères sont arrivés et ont rendu témoignage de la vérité qui est en toi, de la manière dont tu marches dans la vérité. 4 Je n’ai pas de plus grande joie que d’apprendre que mes enfants marchent dans la vérité. 5 Bien-aimé, tu agis fidèlement dans ce que tu fais pour les frères, et même pour des frères étrangers. » Nous dit l’Apôtre Jean

Le cœur de ce Pasteur, le Pasteur Jean, est rempli de cette joie : « Je n’ai pas de plus grande joie que d’apprendre que mes enfants marchent dans la vérité. ». C’est ce qui réjouit mon cœur alors que nous avons terminé l’année avec un temps de jeûne et nous avons débuté l’année avec un temps de jeûne. Cette parole m’a profondément touché. Car on souhaite tant de choses : la prospérité, la santé, les circonstances favorables, … Jean lui n’était pas préoccupé par ces choses. Sa plus grande joie était d’apprendre que ses enfants spirituels marchaient dans la vérité. Et c’est encore Jean dans son évangile chapitre 8 versets 31 et 32 que nous vient notre mot d’ordre de cette année 2016 : « Jésus dit aux Juifs qui avaient cru en lui "SI VOUS DEMEUREZ DANS MA PAROLE, VOUS ÊTES VRAIMENT MES DISCIPLES, VOUS CONNAÎTREZ LA VÉRITÉ ET LA VÉRITÉ VOUS AFFRANCHIRA »

« Si vous demeurez dans ma parole, vous êtes vraiment mes disciples, et vous connaîtrez la vérité et la vérité vous délivrera. » Et nous avons vu dimanche passé que Dieu est le Dieu de vérité. Et que face à la vérité, il y a la puissance du mensonge. Et lorsqu’on a vécu ce qu’est le mensonge de Satan, on est heureux d’entendre que Dieu est vérité. C’est là notre prière ! Notre attente pour cette année, est que le peuple de Dieu soit vrai. Que nous soyons des hommes et des femmes authentiques. Et nous devons prier : "Seigneur donnes-moi, non pas d’avantage de vérité, mais rends-moi vrai, authentique. Que ma vie intérieure et ma vie extérieure ne fassent qu’une", car Satan a le pouvoir d’aveugler l’intelligence. Et nous verrons durant les semaines à venir, par la grâce de Dieu, que seule la vérité peut nous rendre libre.

On pense parfois connaitre la vérité. On pense parfois vivre dans la vérité, mais en réalité on est dans le mensonge de Satan. Et pour connaitre la vérité il faut lire les Écritures. Pour connaitre la vérité, il faut rencontrer le Christ. Pour être dans la vraie liberté , il faut demeurer dans sa parole. Et dans ce discours, Jean dit aux disciples et à nous, que pour être croyant, il est nécessaire de demeurer dans sa parole, en persévérant dans la fidélité et en vivant au contact de la personne de Jésus. Le vrai disciple n’est pas seulement celui qui croit. Mais par-dessus tout celui qui accueille, pénètre et vit la parole de Dieu en demeurant en elle. Ceci conduit à connaitre la vérité et la vérité vous rendra libre.

Jean est l’Apôtre de la vérité. Il aime ce mot. Et dans ses écrits, il est question de vérité. Jésus est le chemin, la vérité et la vie. Mais nous devons le comprendre et revenir à la juste compréhension de ce mot. Que veut dire ce mot vérité ? Que signifie ce mot ? C’est vrai que dans le langage courant est appelée vraie une pensée, une parole conforme au réel. Ou encore la réalité elle-même qui se dévoile et qui est claire, évidente pour l’Esprit.

Le mot vérité doit être pris à la fois dans son sens grec du mot Aletheia, qui signifie ce qui est conforme à la réalité. Lorsque vous êtes dans un tribunal et que vous êtes témoin d’un évènement qui est jugé, vous pouvez donc, selon les nations, poser la main sur la Bible, c’est le cas surtout aux États-Unis, et jurer de dire la vérité et rien que la vérité. Le Juge vous pose la question : en ce jour-là que s’est-il passé ? Il vous demande de relater les faits, de ne pas partager votre opinion, ni vos convictions, mais de relater des faits. Que s’est-il passé ce jour-là ? Dans son sens le mot grec veut dire ce qui est conforme à la réalité. La vérité c’est ce qui n’est pas dissimulé, ce qui n’est pas caché, mais ce qui est vrai et concret.

La vérité dans le sens biblique, selon le mot hébreu, a aussi cette connotation de solidité, cette notion de stabilité. La constance, la réalité sure et vraie, ce à quoi l’homme peut se fier, vers quoi il peut orienter sa vie.

Lorsqu’on combine ces deux mots, on comprend d’un côté que la vérité c’est la réalité, et la vérité c’est aussi ce qui est solide et stable. Un menteur peut dire la vérité de temps en temps, mais il ne sera pas pour autant un homme vrai. Tout le monde peut mentir de temps en temps. Mais ça ne veut pas dire qu’on ne peut pas dire la vérité aussi de temps en temps. Cette contradiction est dans l’homme et pas en Dieu.

Dieu est vérité dans ce sens qu’Il est réel, il s’oppose à l’irréel. Ce qu’Il dit est fiable parce que Lui-même est fiable. Quand Jésus parle de vérité, c’est dans ce sens qu’il faut le comprendre. Quand Jésus dit qu’il est le chemin, la vérité, il nous dit qu’il est réellement réel, qu’il est digne de confiance, qu’il est stable qu’il a été éprouvé et qu’on peut se fier à lui. Ce qu’il dit découle de ce qu’il est. Et comme il est la vérité, dans sa nature, dans son essence, ce qu’il dit est toujours digne de confiance. On peut croire en lui, on peut se fier à lui, parce qu’il est la vérité. Il ne fabrique pas la vérité, il est la source de toute vérité. Alléluia !

Et c’est pour ça qu’il dit que « si vous demeurez dans ma parole, vous êtes, vous serez vraiment mes disciples. Vous connaitrez la réalité à mon sujet, et ce que vous connaitrez de réel à mon sujet vous rendra libre ». Ce n’est pas quelque chose que l’on va fabriquer nous-même, qu’on va inventer, non ! Ça fait partir du discours de Jésus, de sa propre parole. Et ce qui est très étonnant dans ce chapitre, dans ce discours, c’est que Jésus nous montre le chemin de la vraie liberté. Mais il s’adresse aux juifs, à eux qui ont eu le privilège d’être les descendants d’Abraham, les enfants d’Abraham. « Ils lui répondirent - verset 33- : « Nous sommes la postérité d'Abraham et nous ne fûmes jamais esclaves de personne. Comment dis-tu : Vous deviendrez libres ? »

Et Jésus leur explique que même s’ils ne le voient pas ainsi, ils sont en réalité esclaves du péché car celui qui pratique le péché est encore esclave. Même s'il ose hurler qu’il est libre, même s’il va dire Liberté-Égalité-Fraternité, quand tu es dominé par le mal, tu es toujours un esclave. Tu peux dire qu’un tel est dominé par tel péché, la cigarette, le mensonge, mais toi tu peux être dominé par autre chose, et tant que tu n’es pas libre, et que le Seigneur ne t’a pas libéré, tu resteras toujours un esclave. Et Jésus montre le chemin de la vraie liberté spirituelle, la liberté authentique vient du fait de connaître Christ par la vraie foi et en demeurant dans sa parole.

Après avoir déclaré qu’ils sont esclaves du péché, verset 34, Jésus dit : « En vérité, en vérité, je vous le dis, leur répliqua Jésus, quiconque se livre au péché est esclave du péché. » Il donne donc un avertissement au verset 35 « Or, l'esclave ne demeure pas toujours dans la maison, le fils y demeure toujours ». Mais ces juifs étaient sur le point justement de s’en prendre au Seigneur, et le Seigneur s’adresse à eux.

Écoutez-moi attentivement parce qu’il y a un point intéressant, important que Dieu veut te communiquer ce matin. Il veut te donner la vraie liberté. Mais il faut comprendre ce qu’il est en train de te dire. Parce qu’il s’adresse aux juifs, nous dit le verset 30, « comme Jésus parlait ainsi, plusieurs crurent en lui ». Et on se dit, on applaudit là parce que c’est remarquable. Le Seigneur prêche ! Le Seigneur est celui qui a l’autorité, qui est rempli d’onction. Dieu, le Fils de Dieu, il prêche et « plusieurs crurent en lui ». Alors là on se dit Alléluia ! il s’est passé quelque chose. La prédication a atteint le but : ils ont cru en lui. Et d’ailleurs la lumière de l’évangile, selon Jean, c’est bien-là le but de cet évangile, que vous croyez que Jésus est le Christ, le fils de Dieu, et qu’en croyant vous ayez la vie éternelle en son nom.

Mais pourtant il y a croire et croire. Et l’Apôtre Jean joue sur les mots, parce que plusieurs crurent en lui. Et on se dit cette fois-ci ils ont la foi. C’est bon ! Mais Jésus met à l’épreuve l’authenticité de leur foi : Est-ce qu’ils ont réellement cru ? Car croire d’une certaine manière ce n’est pas suffisant. Jacques même a écrit « tu crois qu’il y a un seul Dieu c’est très bien ! Les démons le croient aussi et ils tremblent de peur ». D’ailleurs même ils frissonnent. On pense donc que ces juifs sont venus à connaitre Christ par la foi. On pourra s’arrêter là et dire voilà ils sont convertis. Mais il faudra lire le chapitre pour comprendre ce qui se passe. Allons ensemble dans ce discours.

Verset 34 « Quiconque se livre au péché est esclave du péché. » Verset 37 « Mais vous cherchez à me faire mourir parce que ma parole ne pénètre pas en vous. » Mais on revient au verset 30 « Plusieurs crurent en lui. » Mais tout à coup ils cherchent à le tuer le Christ. On souligne cela. Verset 40 « moi qui vous dit la vérité que j’ai entendu de Dieu, Cela Abraham ne l’a point fait ». Verset 42 « Jésus leur dit : si Dieu était votre Père vous m’aimeriez, car c’est de Dieu que je suis sorti et que je viens ; je ne suis pas venu de moi-même, mais c’est lui qui m’a envoyé. » Verset 44 « vous avez pour père le diable – mais comment ça ? Mais ils crurent en lui - et vous voulez accomplir les désirs de votre père. Il a été meurtrier dès le commencement, et il ne se tient pas dans la vérité, parce qu’il n’y a pas de vérité en lui. Lorsqu’il profère le mensonge, il parle de son propre fond, car il est menteur et le père du mensonge. » Cela signifie que nous avons tous deux pères : Nous avons tous le père spirituel qui est soit Jésus, Dieu, soit c’est le diable, et nous avons bien-sûr un père biologique.

Clés

Clés

Mais poursuivons encore ce discours, parce que tout est lié au fait que « Jésus parlait ainsi, plusieurs crurent en lui », mais tout à coup on voit le vrai visage de ces croyants. Le verset 48 « Les juifs lui répondirent : n’avons-nous pas raison de dire que tu es un samaritain, et que tu as un démon ? » Mais comment peuvent-ils croire en lui et dire cela de leur Sauveur ? De leur prédicateur ? Verset 55 « et que vous ne connaissez pas. Pour moi je le connais ; et, si je disais que je ne le connais pas, je serais semblable à vous, un menteur. Mais je le connais, et je garde sa parole. » Verset 59 « Là-dessus, – alors-là on arrive à un moment où il y a l’apogée de la réalité de ce qu’ils sont- ils prirent des pierres pour les jeter contre lui ; mais Jésus se cacha, et il sortit du temple. »

Le verset 30 nous dit que « comme Jésus parlait ainsi, plusieurs crurent ne lui ». Mais c’était du toc, ce n’était pas la vraie foi, car les œuvres démontraient qu’ils n’étaient pas croyants. Ils étaient des croyants incroyants. C’est-à-dire qu’ils avaient cru, mais la parole n’avait pas pénétré leur cœur. Et leurs actes témoignent, montrent, manifestent qu’ils sont superficiels. Il est donc possible d’avoir une foi superficielle, une fausse foi en Christ qui ne sauve pas du péché. « Plusieurs crurent en lui ». Mais la Bible nous dit même déjà, Jésus qui était déjà vraiment remarquable, au chapitre 2 de Jean, versets 23-24 « Jésus ne se fiait point à eux, parce qu’il les connaissait tous ». Jésus savait que leur foi était superficielle. Jésus savait qu’ils avaient cru, mais cette croyance n’avait pas de fruit. Il est donc possible d’avoir une superficielle fausse foi en Christ qui ne sauve pas du péché. Et d’ailleurs ce point est souligné même dans la parabole du semeur, Luc 8 :5-15. Quand Jésus enseigne et prêche cette parabole il dit :

« Un semeur sortit pour semer sa semence. Comme il semait, une partie de la semence tomba le long du chemin : elle fut piétinée et les oiseaux du ciel la mangèrent. 6 Une autre partie tomba sur un sol pierreux, quand elle eut poussé, elle sécha, parce qu'elle manquait d'humidité. 7 Une autre partie tomba au milieu des ronces : les ronces poussèrent avec elle, et l'étouffèrent. – et lorsqu’il donne l’explication il nous dit très bien que la semence c’est la parole de Dieu. - 12 Ceux qui sont le long du chemin, c’est ceux qui entendent ; puis le diable vient, et enlève la parole de leur cœur, de peur qu'ils ne croient et soient sauvés. 13 Ceux qui sont sur le sol pierreux, ce sont ceux qui, lorsqu'ils entendent la parole, l’acceptent avec joie ; mais ils n'ont pas de racines, ils croient pour un temps, et abandonnent au moment de l’épreuve. 14 Et ce qui est tombé parmi les ronces, ce sont ceux qui, ayant entendu la parole, mais en cours de route ils la laissent étouffer par les préoccupations, les richesses et les plaisirs de la vie, et ils ne parviennent pas à maturité. 15 Ce qui est tombé dans la bonne terre, bien-sûr ce sont ceux qui, ayant entendu la parole avec un cœur honnête et bon, la retiennent, et portent du fruit avec persévérance.

C’est ces croyants que là que Jésus cherche. Pas des gens superficiels, pas des gens qui sont dans l’émotion, dans l’instant. Et il montre comment reconnaître le vrai disciple : c’est celui qui demeure encore et encore dans la parole. J’ai suffisamment assez de recul pour donner tant de témoignages des gens qui se lèvent rapidement dans la foi, et dont on pense qu’ils ont compris l’évangile, qui nous enflamment par leur prière, qui nous enflamment par leurs louanges, qui nous enflamment par leur zèle. Mais il suffit d’attendre un peu, quelques mois, quelques années pour les voir flétrir. Il suffit d’attendre et ils sont fanés, ils sont fatigués, ils sont desséchés, parce que ils ne sont pas dans la foi authentique. Et Jésus a rencontré tant de personne, tant de gens qui croyaient en lui, mais qui n’étaient pas ses disciples. Et quand la parole n’est pas dans le cœur, l’on croit, l’on accepte mais on n’est pas dans la réalité.

Il est donc possible d’être un croyant incroyant. Un croyant incroyant c’est ceux qui ont une fausse foi, qui sont esclave du péché et qui pensent aller au ciel en comptant sur leur propre mérite. Mais le chemin de la victoire passe par une véritable transformation. « Vous connaitrez la vérité et la vérité vous rendra libre ». Si le fils ne vous affranchit pas, vous ne serez pas libre. C’est quand Jésus t’affranchit que tu es libéré de tes péchés, de ta mauvaise nature, et que tu marches avec lui. La vraie liberté vient du fait de connaitre Christ, par la vraie foi. Et cela se traduit également dans le fait de demeurer continuellement dans sa parole. Il dit aux juifs qui avaient crus en lui « si vous demeurez dans ma parole, j’ai bien compris que vous croyez en moi. Mais ce n’est pas suffisant. Mais si vous demeurez dans ma parole, vous êtes vraiment mes disciples ».

Ceci n’est pas une condition mais une évidence. L’évidence que vous êtes vraiment sauvés, que votre foi en Christ est authentique, que vous avez compris l’évangile, quand vous restez dans l’évangile, quand vous demeurez dans l’évangile, quand vous continuez dans l’évangile. Et Jésus montre que tout passe par sa parole : « Si vous demeurez dans ma parole, vous êtes vraiment mes disciples ». C’est comme si Jésus leur disait « montrez-moi la réalité, montre-moi la réalité de ta foi en restant dans ma parole, faisant ce que je dis ». Je vous ai souvent dit que la plus grande puissance dans le monde n’est pas la bombe nucléaire, ni le pouvoir politique, ni judiciaire. La plus grande puissance qui est à l’œuvre dans le monde c’est l’aveuglement. Car satan a le pouvoir d’aveugler l’intelligence pour ne pas comprendre la puissance de l’évangile. Mais lorsque le Seigneur vient, par sa vérité, et qu’il te donne sa lumière, alors jadis esclave, tu es libre. Mais tu dois persister et demeurer dans sa parole afin de concrétiser et grandir en lui et par lui.

Clés

Clés

Le vrai disciple n’est pas celui qui croit. Parce que tout le monde croit. Les africains croient constamment, et de nature nous sommes très croyants. Mais il y a 20 ans on pouvait me faire croire que c’était possible, qu’on pouvait me tromper avec ça. Mais le temps a passé.

La croyance sans une vie transformée, sans des fruits authentiques et bibliques, est une croyance inutile. Croire c’est demeurer dans la parole de Dieu. Et si on veut progresser dans la vraie liberté, il faut accepter la vérité. Déjà même dans Jean 7 : 7, Jésus avait déclaré à ses frères « le monde ne peut pas vous haïr. Il a de la haine pour moi. Parce que je rends de lui le témoignage que ses œuvres sont mauvaises. » Par sa personne et ses paroles, sans équivoque, Jésus est tellement dérangeant que le monde le hait. Parce que lui-même a dit « la lumière est venue dans le monde. Les hommes ont aimé les ténèbres plus que la lumière parce que leurs œuvres étaient mauvaises. » Jean 3 : 19. « Ses paroles viennent-parlant de satan-de lui-même car il est menteur, le père du mensonge (Jean 8 : 44-45), et parce que moi je dis la vérité, vous ne me croyez pas. »

J’attire votre attention, écoutez-moi s’il vous plait. C’est très stupéfiant ! C’est incroyable ! Parce que quand on entend ces paroles de Jésus, « parce que moi je dis la vérité, vous ne me croyez pas ». Ce n’est pas moi qui parle, c’est Jésus. Il ne dit pas « bien que je dise la vérité vous ne me croyez pas ». Non ! Ça sera déjà assez triste. Non ! Mais il dit « parce que moi je dis la vérité, vous ne me croyez pas ». Alors qu’est-ce qu’il doit faire ? Il doit leur mentir. Est-ce que vous comprenez ce qui est en train de se passer là ? « Parce ce que je vous dis la vérité, vous ne me croyez pas ». Alors si je veux vous gagner je dois vous mentir. Et il y a des menteurs aujourd’hui parce que si on veut garder les gens dans les églises, comme prédicateur il faut mentir : Ne dérangez pas les croyants ! Ne les culpabilisez pas ! Ne leur parlez pas de leur froideur ! Ne leur parlez pas de leur méchanceté ! Et ne leur parlez de leur manque d’amour, de leur haine ! Non ! Dites-leur constamment et constamment Dieu les aime ! Dieu vous bénira ! Dieu est avec vous ! Alors tu vis dans le mal, dans le mensonge.

On a de la haine pour celui qui dit la vérité. Jésus l’a connu déjà en son temps, « parce que je dis la vérité, vous ne me croyez pas ». Mais Jésus on l’achète pas lui, parce qu’il est la vérité. Et il ne peut pas mentir, parce que ce n’est pas dans sa nature. L’on pourrait se poser cette question : mais comment se fait-il que les hommes aiment tellement le mensonge au lieu de la vérité ? Pourquoi les gens croient rapidement le mensonge plus que la vérité ? Cette question a été posée et je relevais encore quelques réponses. L’un a dit « parce que le mensonge utilise le téléphone arabe, parce que lui est gratuit. Tandis que la vérité elle doit payer un abonnement. Ce qui est plus cher donc difficile d’accès. » Ça m’a fait rire !

C’est vrai que le mensonge va vite. S’il se passait ce matin un événement au milieu de nous, me concernant ou concernant peut être un frère, tout le monde sera au courant. Mais pourtant la bonne parole est prêchée, mais cette parole sera retenue, parce que le cœur de l’homme aime le mensonge. Parce qu’on aime bien être, je dirai, dans l’attitude, dans l’acceptation de ce qui est mal, parce qu’il y a du répondant en nous. On n’aime pas la vérité qui nous dérange, qui nous brise, et qui peut nous libérer, parce que ça nous conforte d’être dans le mal. Les gens en majorité croient avant tout ce qu’ils veulent entendre. C’est-à-dire ce qui les arrange et ce qui va dans leur sens.

Quand Jésus vient, il dit la vérité. Il est la vérité et pourtant on dit qu’il a un démon sur lui. Les gens le haïssent parce qu’il dit la vérité. Et il y a des choses que je ne pourrai jamais comprendre. Je n’arrive pas à comprendre avec ma petite foi et mon intelligence comment peut-on haïr Jésus ? J’aimerai que vous me l’expliquiez. Si réellement tu crois en lui, si réellement tu as compris, comment peut-on dire qu’il et possédé d’un démon ? Le haïr ? Et même avoir– excusez-moi - le culot de prendre les pierres pour les lui lancer ? Lorsqu’on arrive à ce stade-là, c’est que le mal est profond. Parce qu’on peut dire je n’aime pas cette personne, je n’aime pas ce qu’il me dit. Mais prendre des pierres et mettre une campagne de propagande anti-vérité, parce que pour tout le monde en Samarie, en Galilée : cet homme a un démon. Jésus n’avait pas une bonne publicité. Le téléphone arabe marchait très vite. Et quand le miracle était là, les gens le savaient. Mais ils ne venaient pas pour suivre le Christ, non ! Ils venaient pour recevoir la bénédiction et repartir.

Et Jésus vint à faire le tri parce que le mal est puissant, parce que vous ne pouvez pas comprendre la puissance de satan, le père du mensonge, ce qu’il est capable de faire pour arrêter la vérité. Mais je veux témoigner ce matin, quelle que soit la portée, la force du mensonge, la vérité triomphera toujours. On peut enfermer la vérité pour un temps, mais la vérité va gonfler dans sa cage parce que la vérité ne peut pas être étouffée. Tôt ou tard ça éclatera toujours. Et tôt ou tard on saura toujours qui a fait quoi et qui a dit quoi. Le Seigneur aime la vérité. Et en cette année les chrétiens doivent être des chrétiens vrais.

Comment allons-nous reconnaître les vrais croyants ? Est-ce que c’est ceux qui ont fait de belles prières, des belles prédications ? Qui vont faire de grandes choses ? Non ! On reconnait le croyant authentique parce qu’il aime la parole et qu’il demeure dans la parole. Son adresse est connue et c’est pour ça que Jésus dit « si vous demeurez dans ma parole, vous êtes vraiment mes disciples ». Donc il utilise ce mot Meno qui se traduit par demeurer, habiter. Et ce mot est au cœur de la vie chrétienne. Jésus nous montre que le vrai croyant est celui qui est libre, celui qui est vrai et celui qui est en communion permanente avec lui et avec le Père grâce à la parole. On n’invente pas la foi. On ne réécrit pas l’histoire. Mais Jésus dit « demeurez en moi et je demeurerai en vous »

Tout à l’heure mon épouse l’avait lu alors que pourtant on n’en avait pas parlé à la maison. « Mais si le sarment n’est pas attache au cep ni le cep au sarment » il y a rien qui se passe. Donc il y a bien là une union, il y a bien là une fréquentation, il y a bien là une camaraderie : il faut être avec Jésus et en Jésus. « Demeurez en moi et je demeurerai en vous. Comme le sarment de lui-même ne peut porter du fruit, s’il ne demeure attaché au cep, ainsi vous ne pouvez pas non plus si vous en demeurez en moi. » Jean 15 : 14 « si quelqu’un ne demeure pas en moi il est jeté dehors comme le sarment. Et il sèche puis on le ramasse et on le jette au feu et il brûle. Mais si vous demeurez en moi et que mes paroles demeurent en vous-écoutez-demandez ce que vous voudrez et cela vous sera accordé » Jean 15 : 6-7. Et Jean 15 :10 dit bien « si vous gardez mes commandements, vous demeurerez dans mon amour. De même que j’ai gardé les commandements de mon Père et que je demeure dans son amour, demeurez dans ma parole. » Habitez dans ma parole. Demeurez dans ce que je vous ai dit au sujet de Dieu, au sujet de Jésus Christ, au sujet du Saint Esprit, au sujet de l’Église. Si vous demeurez dans ces choses-là, vous êtes vraiment mes disciples. Vraiment ! Et c’est pour ça lorsque Jésus parle de demeurer il explique quelque chose de fort. Il s’agit de chercher inlassablement et sans cesse Jésus dans sa parole.

Vous voyez le chemin est tellement clair : « si vous demeurez dans ma parole », pas la parole d’un homme, pas les anecdotes que certains aiment et qu’ils retiennent facilement, mais demeurez dans ma parole à moi. Donc chacun doit avoir une Bible pour sonder les Écritures. Il faut lire ce livre, il faut prier que le Saint Esprit t’aide à comprendre qui est Jésus. Il faut méditer sur le message de Jésus, sur les propos de Jésus, sur les gestes de Jésus, sur les invitations de Jésus, sur les consignes de Jésus, sur les refus même du Seigneur. Et à force de fréquenter Christ par le biais de l’écriture, tu comprendras davantage qui il est. Et ta foi va grandir parce que tu connais sa nature. Et tout à l’heure je l’ai entendu, tu connais réellement son caractère, tu connais son tempérament. Il est digne de confiance parce que Jésus est vrai. « Si vous demeurez dans ma parole, vous êtes vraiment, véritablement, réellement mes disciples. »

Si Jésus le dit c’est qu’il y a les faux disciples. Et je viens de vous le démontrer, je l’espère. Parce que on peut dire je crois. On visite les gens on dit je crois en Dieu. Je l’entends à la télévision, je crois qu’il y a une force supérieure. Je crois que tout ça a été créé par un être exceptionnel. On utilise ce mot, ce verbe partout : je crois. Mais Jésus nous montre que la croyance sans l’assiduité à fréquenter sa parole ne sert à rien. Il ne s’agit pas de bien commencer de croire en lui, mais il s’agit de persévérer, de continuer et de ne pas démissionner. Et c’est là qu’il promet : « vous connaitre la vérité et c’est cette vérité-là qui vous rendra libre ».

Jésus est la vérité et il dit la vérité. « Vous connaitrez, vous ferez l’expérience que ce que je vous ai dit est vrai ». Parce il s’agit d’une foi authentique et d’une connaissance, la vraie connaissance de la vérité. Ces deux éléments sont inséparables. Et c’est parce que les deux se nourrissent de la parole de Dieu. La foi authentique, la connaissance de la vérité engendrent, ont pour conséquence la liberté. Donc on ne peut pas créer une fausse liberté. La vraie liberté provient de la parole du Seigneur. Je l’ai accepté par la foi que Jésus ne ment pas. Je l’ai accepté par la foi que Jésus est la vérité. Et la Bible m’enseigne qu’il nous est possible de connaitre la vérité. Vous pouvez trouver la vérité, vous pouvez la croire, mais qu’est-ce que la vérité ? Ce n’est pas ce que l’homme peut dire ou faire, mais la vérité est une personne.

J’ai lu l’histoire d’un homme qui se sentait en parfaite santé, mais qui se fit quand même faire un examen médical de routine. Le médecin découvrit qu’il avait un cancer, une tumeur maligne sérieuse au poumon. Le patient était furieux contre le médecin de lui avoir dit la vérité. Et il va dire : j’ai toujours craint d’avoir un cancer. Mais j’aurai aimé que vous ne me le disiez pas.

On peut se mentir à soi-même. Vous vous connaissez, je me connais et Dieu nous connait, et je le connais. On peut faire semblant de croire. On peut faire croire à tout le monde que tout va bien. Mais au-dedans ça va mal. On peut sourire à tout le monde, mais être profondément oppressé au-dedans. On peut faire semblant de se faire passer pour des géants spirituels alors qu’en réalité vous êtes des nains spirituels. On peut se maquiller, mais au-dedans il y a autre chose. Et Jésus montre très bien qu’il y a des principes qui nous aident à nous comprendre, à le comprendre. Et c’est pour ça qu’il dit que « quiconque est de la vérité écoute ma voix ».

« Quiconque est de la vérité écoute ma voix ! » Nous savons que les juifs ne voulaient pas l’écouter. Mais celui qui vient à la lumière fait partir de la famille de Dieu. « Mais quiconque est de la vérité écoute ma voix ». Alors comment va-t-on reconnaitre le vrai disciple ? Il est zélé, il est bouillonnant pour la parole de Dieu. Et comme je le dis et je le dirai encore jusqu’à la fin de mes jours, la réunion qui devrait être la plus fréquentée de tous les croyants, c’est l’étude de la Bible. Comment peut-on être libre quand on ne connait pas la vérité ? Alors vous allez me dire je connais ma Bible. C’est bien mais je te dis que tu ne la connais pas. Parce que si tu la connaissais tu serais zélé à venir écouter la parole. Le schéma que Jésus utilise est très important. Il dit « mais si vous demeurez dans ma parole d’abord, vous êtes mes disciples. » Et là « vous connaitrez la vérité et la vérité vous délivrera. » Donc on reconnait le disciple parce qu’il aime la parole de Dieu. C’est-à-dire qu’il mémorise les Écritures et ça c’est une réalité.

Je le vois trop souvent. Les gens connaissent par cœur des chansons populaires. Les gens connaissent les choses qui se sont passées il y a des années. Les gens écoutent tous les mensonges qu’on a dits à leur égard il y a des années. Mais quand on leur parle selon Dieu, la vérité, ils oublient tout. Ils ont oublié même les serments d’il y a deux ans. Alors qu’ils n’ont pas oublié les faits divers, les mensonges, les commérages. Et ce qui est terrible, c’est que ça travaille dans leur vie. J’aimerai que vous m’expliquiez parce qu’on va y en venir sur ce point : Comment le mal peut-il autant vous troubler que la vérité ? Alors que vous ne savez rien.

« Vous connaitrez la vérité ». Mais la vérité ce sont des faits. La vérité c’est ce qui est réel. Et tout le monde entend quelque chose. À longueur de semaine j’entends des choses. À longueur de mois j’entends des choses. Mais j’ai appris à ne pas écouter. Parce que c’est toujours par une parole que l’on sème quelque chose en quelqu’un. « Vous demeurez dans ma parole ». C’est le même schéma : Vous croyez en cette parole, et cette parole va vous troubler. Normalement un croyant qui a reçu la lumière de Dieu, lorsqu’il entend la vérité sur le péché, il rentre chez lui il est troublé. Il ne dort plus. Lorsqu’il a menti il va demander pardon. Lorsqu’il a volé il va demander pardon. Lorsqu’il commet l’adultère il va demander pardon. Mais comment expliquer que les gens qui commettent le péché par le mal, mentent sans cesse et revendiquent le nom de Jésus. Est-ce que ça existe ? Je vous dis que 90% des gens je les connais. Et c’est la raison pour laquelle je n’ai jamais voulu entrer dans le ministère. Parce que je l’avais vu de mes propres yeux à l’égard de mon grand-père.

Les gens mentent constamment. Ils font semblant. Mais heureusement que Dieu a ses vrais disciples. Vous allez les reconnaître parce que lorsqu’il y aura une parole qui sera prêchée ils seront les premiers à être là. Lorsqu’ils ne seront pas là lors d’un message, ils vont acheter les CD, parce qu’ils aiment la vérité. Ils creusent les Écritures. Ils veulent demeurer dans la parole. Le mot demeurer Meno est très riche. Parce que ça veut dire qu’ils habitent dans la parole. Leur logement, leur appartement, leur maison c’est la Bible. Ils squattent la Bible, ils sont dedans. Et quand le mensonge arrive, ils savent dire stop au mensonge. Jésus dit que « oui si vous êtes de la vérité vous écoutez ma voix ». Je ne parle pas et je ne prends pas pour moi les paroles du Christ, c’est Jésus qui parle au travers de moi. Si vous aimez le Christ, vous allez aimer la vérité. Et si vous aimez la vérité, vous aimerez les prédicateurs qui parlent de la part du Christ et qui disent la vérité. Que Dieu vous garde d’être des gens qui caressent les gens dans le sens du poil pour les garder. Non ! C’est la vérité qui rend libre.

Clés

Clés

Jésus a dit la vérité. Dans plusieurs domaines, il n’a pas cessé de dire la vérité. Et si personne ne vous hait c’est peut-être parce que vous aimez être aimé. Vous aimez qu’on vous aime. Mais si vous êtes encore à ce stade-là, c’est que vous n’avez pas encore compris ce qu’est la vérité. Tu dois être capable dans ta maison, de regarder ta femme, ton mari, tes enfants et dire mais ce que tu fais ce n’est pas juste, ce n’est pas correct. Change de direction. Tu dois être capable de t’adresser à ta propre mère comme je peux et lui dire ce que tu fais ce n’est pas correct. Change de direction. Parce qu’en fait ça c’est l’expression de l’amour. Couvrir le mal c’est entrer dans l’action de satan. Il est menteur depuis le commencement. Et si vous avez des gens qui passent le temps à vous mentir, à parler que du mal, alors ce n’est pas de vrais amis. Zappez les, oubliez leur téléphone, ils n’en valent pas la peine.

La vérité seule pourra nous rendre libre. O Alléluia ! Jésus dit la vérité au sujet même du péché. Parce que quand il dit « d’où viennent la convoitise, l’envie, l’orgueil, la haine, la jalousie et les bagarres ? Pourquoi les gens se détestent-ils les uns les autres ? Pourquoi se battent-ils et se tuent-ils ? Pourquoi chaque génération a-t-elle sa guerre ? » Jésus dit qu’il y a un problème avec le cœur de l’homme, et ce problème c’est le péché. Car c’est du dedans, « c’est du cœur des hommes que sortent les mauvaises pensées, les adultères, les impudicités, les meurtres, le vol, les cupidités, les méchancetés, la fraude, le dérèglement, le regard envieux, la calomnie, l’orgueil, la folie. Toutes ces choses mauvaises sortent du dedans et souillent l’homme. » Il dit la vérité. Marc 7.

Qui peut oser ce matin dire Jésus tu mens ! Jésus tu es un grand menteur !? Non ! Il dit la vérité parce que le mal que l’on voit vient toujours du cœur.

Quand quelqu’un a de la haine c’est qu’il est blessé. Il faut toujours faire attention. Je l’ai dit que pour être croyant il est nécessaire de demeurer dans sa parole, en persévérant dans la fidélité et en vivant au contact de la personne de Jésus. Le vrai disciple n’est pas seulement celui qui croit, mais par-dessus tout celui qui accueille, pénètre et vit la parole de Dieu, en demeurant en elle. Alléluia ! Ceci conduit à « connaitre la vérité et la vérité te rendra libre ».

Mais il y a aussi dans le mensonge une certaine vérité. Et de plus en plus on entend, hier j’entendais encore à la radio quelqu’un qui disait voilà le président actuel (François HOLLANDE) nous a promis de ne pas se représenter aux élections présidentielles si la courbe du chômage ne baisse pas. Et il se disait je me réjouis, j’attends l’heure où il va nous dire que je ne peux pas ou j’irai. Il dit je jubile je suis dans l’attente. Qu’est-ce qu’on va encore nous sortir pour nous persuader, pour nous convaincre que le chômage a diminué ? Donc on va tous attendre, on verra bien. Mais pourtant les gens croient qu’ils sont libres. Et des menteurs on en entend constamment, mais on y croit toujours parce qu’on a besoin de croire en quelque chose. Mais Jésus est venu pour nous libérer.

Il y a cette fausse liberté et les juifs ne veulent pas reconnaître leur état parce qu’ils disent « ils répondirent "Nous sommes la postérité d'Abraham et nous n’avons jamais été esclaves de personne". Comment peux-tu dire toi vous deviendrez libre ? » Quand on est dans le flou, dans les ténèbres, on ne peut pas comprendre. On ne peut donner la liberté qu’à ceux qui sont conscient de leur esclavagisme. Ils estiment que leur référence à Abraham suffit à prouver qu’ils sont libres. Mais pourtant Abraham a respecté son Seigneur. Abraham a obéi à son Seigneur. Quand Dieu dit à Abraham « va, quitte ton pays », Abraham a obéit. Genèse 22 quand Dieu dit à Abraham « donne ton fils Isaac en sacrifice », Abraham a obéit. Mais eux ils n’obéissent pas, mais ils revendiquent leur référence à la tradition : « Nous sommes les descendants d’Abraham ». Je suis un vrai juif. Mais un vrai juif est celui qui l’est par la foi et dont la vie a été transformée. Parce que pour les juifs la vérité, c’était la loi et celle-ci les rendait libre. Mais pour Jésus la vérité c’est son message. La vérité c’est lui.

Et pour les disciples la vérité doit devenir pour les hommes une nourriture. Ils doivent tâcher de l’assimiler, pour acquérir le sens de la vérité, le sens du Christ. Ainsi comme a écrit quelqu’un, « les croyants deviendront progressivement des fils de la vérité, des disciples du Christ-vérité », ou comme disait Grégoire, « des instruments de la vérité, de toute âme resplendissante de la lumière de la vérité ». Alléluia !

La vérité c’est de vivre avec Jésus au quotidien. La vérité c’est de dire la vérité. La vérité c’est de reconnaître son état. La vérité c’est de venir à Jésus. La vérité c’est de rester avec Jésus. Il y a les gens d’un moment, ne soyez pas ces gens-là. Soyez constant ! Et je l’ai constamment vu et vous m’avez souvent entendu je le vois dans nos réunions de prière jadis, dans nos rencontres autour de la Bible, les gens peuvent venir. Au début ils sont une centaine-je prends ce chiffre par la foi-ils sont une quarantaine et ils sont nombreux. Mais au fur et à mesure qu’on avance ça ne fait que diminuer. Ces les gens d’un moment. Et celui qui n’a jamais été libéré des gens et des circonstances croit. Mais moi je ne peux plus croire à ça. Il faut aller jusqu’au bout.

Je le disais l’année passe. Je n’ai manqué aucune réunion, ni moi ni mon épouse, ni nos enfants. On a toujours été là. Parce que le zèle de la maison de Dieu nous dévore. J’ai du mal à rester à la maison quand je peux me lever, et ne pas venir au culte, c’est impossible parce que mon âme n’est pas bien. Et ce n’est pas parce que je suis Pasteur, non ! Non ! Non ! Même avant d’être Pasteur, la passion du Christ a toujours été en moi. Et je sais très bien qu’au moment où je n’aurai plus cette envie-là, c’est que je suis mort spirituellement.

Je vous parlerai ouvertement combien j’ai eu de la haine pour Dieu. On peut croire en lui et haïr Dieu. Lorsqu’on traverse des moments difficiles et que Dieu ose dire qu’il est Tout Puissant et qu’il ne nous libère pas, il ne nous aide pas, on peut le haïr. Seule la vérité peut nous rendre libre. Mais cette vérité doit venir de lui et c’est pour cela j’aimerai terminer avec cette assurance que la parole de Jésus est la vérité qui réellement rend libre lorsque l’on demeure en elle. Alléluia.

Jésus dit « si donc le fils vous rend libre, vous serez réellement libre ». C’est-à-dire cette libération de l’esclavage que représente le péché se manifeste par le désir de faire la volonté de Dieu et par le libre accès à Dieu et la communion avec lui. Un chrétien libéré par le Christ aime le Christ. Un chrétien libéré par le Christ aime la présence de Dieu. « Si donc le fils vous rend libre, vous serez réellement libre. » Alors un homme peut vous imposer les mains et être libéré de telle maladie, mais seul le Christ peut rendre libre. Le seul qui peut affranchir un esclave est un héritier légitime ayant sa place dans la famille. Seul le Père ou le Fils peut libérer un esclave. Et seul Jésus peut nous libérer. C’est pour ça que le verset 35 nous dit « Or l'esclave ne demeure pas toujours dans la maison, le fils y demeure pour toujours. » Nous sommes les esclaves. Le fils est dans la maison. « Si donc le fils vous rend libre », je te dis que je te donne, je te rends ta liberté, nous sommes libres.

Le péché nous aveugle. Le péché nous détruit les uns les autres. Toutes ces divisions, toutes ces choses que nous voyons dans nos assemblées, c’est le fruit du péché. Le mal est à l’intérieur. Et la vérité vient. Et quand la vérité vient, que fait la vérité ? La vérité nous affranchit. Mais de quoi d’abord ? Mais de l’ignorance ! De l’ignorance : « vous connaitrez la vérité et la vérité vous affranchira ». De quoi la vérité de Christ vous affranchit ? De l’ignorance.

Pour se passer, à mon avis, de ce livre, même si Dieu vous a donné tous les ministères, les cinq ministères, c’est que vous devez vraiment être au sommet. Moïse qui parlait avec Dieu face à face dépendait de Dieu. Paul qui avait des dons exceptionnels dépendait de Jésus Christ. Celui qui pense qu’il peut se dire je peux me construire moi-même, je peux comprendre la Bible par moi-même, est déjà dans l’ignorance, dans le mensonge. Parce qu’en réalité c’est dans le cadre de l’assemblée que la vérité est proclamée, crue et acceptée. Parce que même si vous ne l’aimez pas, même si vous ne l’acceptez pas, Dieu ne vous a pas qualifié pour parler en son nom. Il l’a fait pour certains pas pour tous. Et la vraie conversion passe par la soumission. Ce qu’on appelle souvent la soumission de l’ordre apostolique : il y a des Apôtres, il y a des Docteurs, il y a des Pasteurs qui enseignent, il y a le peuple qui écoute et qui pratique. Et si vous n’apprenez pas à vous soumettre vous êtes déjà perdu. Parce qu’il faut demeurer dans la parole. Et si ce matin tu penses connaître mieux que ton Pasteur la parole de Dieu, je doute même déjà de ta foi, de ta compréhension. Parce que ce n’est que dans l’humilité et dans l’église que le Seigneur par son Esprit, par ses serviteurs, enlève l’ignorance.

« Vous connaitrez ! » Et si Dieu ne voulait pas qu’il y ait l’église, il aurait donné à chacun la plénitude du Saint Esprit. Chacun restera chez soi et étudiera la Bible à la maison. Mais il n’a pas fait comme ça, ni en son temps avec ses disciples, ni avec l’église durant ces siècles passés. Il y a une ligne de Dieu. Il est tant quand cette année que tu t’engages à donner la priorité à Dieu, à sa parole. Et que la fatigue ou les préoccupations ou ce sont peut-être les loisirs, ne te détournent pas de la vérité. C’est la connaissance de la vérité qu’il peut t’affranchir.

Clés

Clés

Comment Dieu transforme-t-il quelqu’un ? Au début lorsque quelqu’un par exemple donne sa vie à Jésus Christ, la personne ne connait pas toute la Bible. Il va lutter avec ses péchés au début. Il ne sait pas comment gérer ses réactions, ses actes. Mais à force de fréquenter l’assemblée de Dieu, d’entendre la parole de Dieu, il apprend comment lutter, comment combattre le péché, comment combattre la convoitise, comment combattre les forces des ténèbres, alors il prend l’épée de l’Esprit et il commence à manier cette épée. Il mémorise les Écritures, il vit les Écritures, il prie selon les Écritures et il est libéré par ces Écritures. Et il grandit et il grandit et il grandit. Mais tout commence par des faits bibliques pas par l’émotion.

Et c’est important de comprendre comment Dieu change quelqu’un. Il y a d’abord la vérité : « si vous demeurez dans ma parole ». Et si vous comprenez cette parole qu’est ce qui va se passer ? Les sentiments vont prendre forme, et la volonté va aussi s’activer, et la foi va actionner tout ça. Donc il y a les faits bibliques, il y a les sentiments, il y a l’intelligence les sentiments, il y a la volonté et la foi active tout ça, met la pression, met le moteur, le turbo, et l’être humain avance. Il y a les faits, l’intelligence accomplie, les sentiments sont là, la volonté est là, et la foi met tout ça en action. Vous allez trouver quelqu’un qui jadis ne connaissait pas ce que c’était la louange, l’adoration. Mais il entend le prédicateur parler de l’adoration, de la louange, il a là des faits. L’intelligence accepte et comprend. Les sentiments commencent à l’exciter O Dieu doit être adoré. La volonté se dit Ah ok je te suis. Et la foi dit ok je mets le paquet. Ça se passe comme ça tout le temps.

Et quand la foi ne fonctionne pas ainsi, vous avez les gens d’un moment, vous savez les saisonniers. Vous connaissez les saisonniers ? Ils sont là simplement à un moment donnés pour ramasser les pommes, etc. après on ne sait plus, ils sont dans la nature, ils retournent à leur vie. Ce sont des saisonniers. Le chrétien n’est pas un saisonnier. Il est dans la permanence. Il habite là. Son adresse ne change pas. Où habites-tu ? Bible, Genèse, Exode, là c’est mon adresse. Tu vas où ? Bible, Apocalypse, Jean, là c’est mon adresse. Donne-moi ton adresse internet ! Bible. Donne-moi ta fréquence de la radio ! Bible. Donne-moi ton code de la banque ! Bible. Tout se vit dedans.

Que fait la vérité ? Elle nous libère. Frères et sœurs elle nous libère de l’ignorance, elle nous libère justement de la damnation éternelle. Parce que quand quelqu’un reçoit le Christ, et qu’il entend la vérité et vient à Jésus, le Seigneur le libère de la puissance du péché. Il va le libérer de la culpabilité. « Quiconque se livre au péché est esclave du péché », dit la Bible. Mais quand tu viens à Jésus, Jésus te libère. La vérité te rend libre parce que Dieu connait ce que Jésus a fait pour toi. Tout à l’heure le frère nous parlait justement lors de la Sainte Scène de ce que Jésus a fait pour nous. Lorsque nous prenons connaissance de ce qu’il a fait, nous sommes libérés. Parce que nous croyons ce qu’il a fait.

Christ a été malédiction pour nous, mais béni soit son nom. Il a dit « tout est accompli ». C’est la connaissance de cette vérité qui nous libère et c’est pour ça que c’est par la foi. C’est par la foi ! Frères et sœurs c’est par la foi ! Ce livre est très important. Seul Dieu peut nous ouvrir les yeux pour comprendre ce livre. « Pilate lui dit : « tu es donc roi ? » Jésus lui répondit : « tu le dit je suis roi. Je suis né et je suis venu dans le monde pour rendre témoignage à la vérité. Quiconque est de la vérité écoute ma voix ».

Il y a des parents parmi nous. Et nous savons ce qui est bien pour nos enfants. Nous avons donc des interdictions, mais nous avons aussi de belles paroles d’encouragement pour eux. La Bible contient de belles paroles d’encouragement, mais aussi des interdictions, des commandements de Dieu. Ce n’est pas parce qu’on n’aime pas qu’il faut rejeter. Non ! « Celui qui est de Dieu écoute ma voix et obéit ». On ne discute pas comme le français aime beaucoup discuter. Dans le monde francophone on aime beaucoup parler. Non ! Il faut écouter, il faut accepter, il faut mettre en pratique. Si tu ne comprends pas un texte, nous sommes là, je suis là pour te l’expliquer. Et si je ne veux pas t’expliquer, ce n’est pas vrai j’ai envie de te l’expliquer. Mais ne vas pas t’embourber dans des choses inutiles. « Vous connaitrez la vérité et cette vérité vous rendra libre ».

Dieu m’est témoin que ce livre est puissant. Et quand j’étais jeune je l’ai vu au ciel dans une vision en train de respirer et c’est pour ça que je comprends les luttes, c’est pour ça que quand je vous parle qu’il y a des puissances incroyables qui sont là pour que vous ne comprenez pas, c’est que je sais de quoi je parle. Parce que ce livre je l’ai vu au ciel en train de respirer la vie de Dieu. Il y a la vie, la puissance dans ce livre. Vous devez le mémoriser. Vous devez apprendre les versets par cœur. Vous devez matin, midi et soir répéter pendant que vous avez un moment donné, quand vos collègues vont fumer leur cigarette, ou partent au café. Prenez cinq minutes repassez dans votre cœur les vérités de Dieu. Ranimez cette flamme et vous allez vous rendre compte que cette parole a la puissance d’injecter dans vos cœurs des sentiments, des désirs insoupçonnés et vous allez vivre la communion avec Dieu. La présence de Dieu, elle est là grâce à ce livre.

Clés

Clés

Quand je ne me sens pas bien c’est ce livre qui me ragaillardi. Quand je me sens fort, c’est-à-dire l’Esprit qui me dit reste humble, tout est dans ce livre. Mais il faut le comprendre. Je donne beaucoup de sérieux à ce livre parce que je sais que un jour viendra, vous tous qui êtes là, et vous qui m’entendez, vous saurez que ce qui est écrit là est la vérité. Je l’ai vu et je continu à le croire que ce livre n’est pas comme les autres livres. Il a la puissance de te transformer.

« Si vous demeurez dans ma parole vous serez différends ». Tu peux avoir de la haine contre quelqu’un. Mais quand la parole pénètre en toi tu changes. Tu peux manquer de joie mais quand cette parole pénètre en toi tu changes, parce qu’il y a une puissance dans ce livre, qui n’est pas de l’homme. C’est la puissance de Dieu. Le Dieu que nous servons dit « je veille sur ma parole afin de l’accomplir ». Alors prends ses promesses, serre les dans ton cœur, et que la vérité soit au fond de toi. Rappelle au Seigneur ses promesses, attends-toi à lui en cette année, et reste dans ce livre. Habite-le. Sois dedans matin midi et soir. Quand le climat est sale et mauvais dans la maison, envoie une parole biblique. A ta femme, à ton mari, à tes enfants donne une atmosphère spirituelle. C’est une vérité !

J’ai vu l’année passée combien satan soulevait quelqu’un qui venait avec une forme diabolique, mais je vous dis ce livre est une épée. Il y a une puissance incroyable. Et quand même nous sommes dans la réunion, dans les assemblées, ouvrez vos Bibles et proclamez la parole. Mais surtout ne bricolez pas avec la Bible, mémorisez réellement les mots, n’inventez pas. Dites réellement la vérité.

Et je l’ai vu dans le combat spirituel, quand un démon ne veut pas quitter un corps. À chaque fois que j’ai invoqué, j’ai prononcé les paroles bibliques que j’avais mémorisés, il y a quelque qui est en train de se passer. Parce que cette parole est une épée. C’est la seule arme que nous avons. On te dit dans ta famille que tu ne vas pas t’en sortir, tu ne vas pas arriver à l’âge de 40 ans, écoute ce livre. Écoute ce livre ! Habite dedans ! Et sache le distribuer. On est parti encore chercher des Bibles dans une librairie chrétienne, et ils ont dit Oh vous êtes encore revenu ! Oui ! Quand il s’agit de partager, de prendre des Bibles pour mes frères et sœurs je peux me déplacer autant de fois qu’il faut. Parce que je veux que le peuple ait la Bible.

Nous avons le privilège d’avoir des Bibles. Nous ne sommes pas comme dans l’église qui jadis ne pouvait pas avoir de Bible. Nous l’avons. Ne mettez pas ce livre là, mais lisons-le. Tu vas y revenir ! Tu vas y revenir ! Tu vas y revenir ! et encore et encore. Et c’est ce que je suis en train de vous c’est ce qui se passe là dans mon Esprit que j’ai vu : et encore et encore. Cette voix me dit reviens ! Lis et encore et encore ! Et je lisais. Et je lisais. Et tout d’un coup, O Yahvé ! Il y a le mouvement de l’Esprit qui prend place. Quelque chose de spirituelle se met en place et les pensées de Dieu pénètrent en toi, et l’homme spirituel est conscient de ces choses-là.

« Si vous demeurez dans ma parole, vous êtes vraiment mes disciples. Vous connaitrez la vérité et la vérité vous délivrera ».

Prions le Seigneur !

Message du 10 Janvier 2016, Eglise Protestante Evangélique MATTHANIA, Corbeil-Essonne, FRANCE

 

Claude MISSIDIMBAZI, Pasteur

Publié dans PERTINENT

Commenter cet article